Cannabis comestible : 5 choses à savoir

Cannabis comestible : 5 choses à savoir

Michel Bolduc
Publié le 6 janvier 2020
Consommer des produits contenant du THC a des effets bien différents de ceux qui se produisent lorsqu'on fume un joint, préviennent des experts alors que commence la vente de biscuits et de friandises au cannabis au Canada.

Ces produits sont offerts à partir de lundi sur les tablettes des détaillants autorisés en Ontario. Il sera aussi possible de les commander sur le site de la Société ontarienne du cannabis à partir du 16 janvier.

Ils sont aussi disponibles au Nouveau-Brunswick et en Colombie-Britannique, notamment. Au Québec, des boissons contenant du cannabis sont offertes, mais pas les friandises dont le gouvernement Legault a interdit la vente.

Au pays, la quantité de THC est limitée à 10 mg par emballage.

Voici cinq choses à savoir sur le cannabis comestible.

.
1) Combien de temps le cannabis comestible prend-il avant de faire effet?
Contrairement à un joint – dont on peut ressentir les effets euphorisants en une dizaine de minutes, après une ou deux bouffées –, le cannabis consommé oralement peut prendre de une à deux heures pour faire effet, parce que de 90 à 95 % du THC contenu dans le produit est absorbé au niveau gastro-intestinal, explique le Dr Martin Juneau, directeur de la prévention à l'Institut de cardiologie de Montréal et professeur à la Faculté de médecine de l'Université de Montréal.

Souvent, les gens sont déçus et reprennent une autre dose, ce qui amène deux ou trois heures plus tard à des intoxications qui sont extrêmement désagréables.

Martin Juneau, professeur à la Faculté de médecine de l'Université de Montréal
Parmi ces effets secondaires désagréables : des palpitations et de l'anxiété, note le Dr Juneau. Ce n'est pas dangereux, dit-il; il faut juste attendre que ça passe.

2) À quelle quantité un consommateur devrait-il se limiter?
Le Dr Juneau recommande à tous ceux qui consomment du cannabis comestible pour la première fois de ne prendre qu'un jujube ou un demi-biscuit à la fois, soit environ 2,5 mg de THC, pour éviter tout effet secondaire désagréable. Il souligne que les effets du cannabis comestible varient beaucoup d'un individu à un autre et selon ce que la personne a ingéré au préalable.

Chez certaines personnes, les effets du cannabis comestible peuvent être plus intenses ou plus imprévisibles que ceux du cannabis inhalé.

Conseil des médecins hygiénistes en chef du Canada
Le Conseil note aussi qu'il y a un « risque d'intoxication accidentelle » chez les enfants et les animaux de compagnie, qui pourraient confondre les produits de cannabis comestible avec des pâtisseries ou des friandises normales.

Le regroupement conseille aux consommateurs d'entreposer le cannabis comestible « de façon sécuritaire dans des contenants clairement étiquetés ou dans leur emballage d'origine à l'épreuve des enfants, loin de toute nourriture et hors de la portée des enfants ainsi que des animaux domestiques ».

3) Le cannabis comestible donne-t-il la même sensation qu'un joint?
Non. En plus de l'intervalle plus long avant que l'effet soit ressenti, la sensation éprouvée est « plus générale » et « moins intense » qu'avec le cannabis inhalé, selon le Dr Juneau.

Ce spécialiste précise que le cannabis comestible n'a « pas le même effet nocif sur les poumons ». Même son de cloche de la part du Conseil des médecins hygiénistes en chef du Canada, qui note que les produits comestibles permettent « d'éviter les possibles conséquences pour la santé pulmonaire ».

4) Combien de temps durent les effets du cannabis comestible?
Les effets ressentis durent environ six heures, précise le Dr Juneau. Il ne faut pas conduire avant le lendemain, prévient-il.

Le Conseil des médecins hygiénistes en chef du Canada va encore plus loin, affirmant que « certains effets résiduels peuvent durer jusqu'à 24 heures ».

5) Faut-il éviter de consommer de l'alcool avec du cannabis comestible?
Oui, indique le Dr Juneau, puisque l'alcool a un « effet additif important ». Il conseille donc d'éviter la consommation d'alcool lorsqu'on prend du cannabis comestible les premières fois et qu'on en connaît mal les effets.

De son côté, le Conseil des médecins hygiénistes en chef du Canada rappelle que la consommation de marijuana, peu importe sa forme, peut mener à une dépendance. Près de 10 % des adultes ayant consommé du cannabis développent un trouble lié à la consommation de cannabis, note le Conseil.

Plus on est jeune lorsqu'on commence à consommer du cannabis, et plus on en consomme souvent et longtemps, plus il est probable que cette consommation aura une incidence négative sur la santé, prévient le regroupement de spécialistes en santé publique.

Pour sa part, le Dr Juneau croit que l'Ontario a adopté une meilleure approche en matière de cannabis que le Québec, qui en interdit la vente depuis le 1er janvier aux personnes de moins de 21 ans et qui a banni les friandises au cannabis. Pour lui, le Québec est « trop restrictif », ce qui risque d'inciter les consommateurs à se tourner vers le marché noir.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.