Action Toxicomanie. Qu’est-ce que la SQ vient faire dans la prévention en Santé publique ? Mensonges, dossiers criminels et leurs méfaits à l’emploi menant à la délinquance...

Action Toxicomanie. Qu’est-ce que la SQ vient faire dans la prévention en Santé publique ? Mensonges, dossiers criminels et leurs méfaits à l’emploi menant à la délinquance...

Ces menteurs n’ont pas perdu leur emploi et certains ont reçu des promotions !?

Ils ont participé à la perte de temps, de vies et d'argents, la séparation de familles, des dossiers criminels, l'emprisonnement de consommateurs.

Une année d'emprisonnement pour un joint !

Ils n’arrivent pas à se débarrasser de leus pourris...

Julie Berger a livré des statistiques sur le taux de consommation de cannabis chez les jeunes.
Mail elle ne donne aucun lien ni référence vers ces DES statistiques.

Est-ce que c’est encore la référence au sondage et non des tests, recherches scientifiques rigoureuses fait sur des humains

DES STATISTIQUES ???

il serait ? Pourquoi serait et non pas ils sont ? C'est combien le nombre total de jeunes de ses statistiques ?
de 31% entre 15 et 17 ans;
de 41% entre 18 et 24 ans.
Et chez ces jeunes,
près de 7% en consommeraient tous les jours.

7% des 72 % ???

(Éduc'alcool le banaliseur promoteur suggère 2 à 3 verres par jour selon le sexe à partir de 18 ans !)

Pourquoi en consommeraient et pas en consomment ?

Pour moi les 18-24 ans sont des adultes !

https://www.lanouvelle.net/cannabis-la-prevention-le-nerf-de-la-guerre/

Cannabis : la prévention, «le nerf de la guerre»
Hélène Ruel
hruel@lanouvelle.netLe lundi 18 juin 2018, 15h39

Action Toxicomanie s’y prend tôt pour ouvrir le «bal» des réservations à son 4e Bal masqué qui aura lieu le 18 octobre à la Place 4213 de Victoriaville. Elle en a confié la présidence d’honneur au couple que forment l’orthopédagogue Roxane Angers et le directeur des postes de la Sûreté du Québec pour Arthabaska et de L’Érable, Cédrick Brunelle.
Il était naturel pour eux d’accepter cette invitation, ont-ils souligné, tant au plan professionnel qu’au plan personnel, étant parents de jeunes enfants.

«La prévention, ce sera le nerf de la guerre», a commenté le capitaine, aussi habitué à mener des opérations de répression… et à voir des jeunes aux prises avec des dépendances.

La directrice générale d’Action Toxicomanie, Julie Berger, avait auparavant expliqué que l’imminence de la légalisation du cannabis incitait l’organisme à vouloir maintenir une présence encore plus soutenue auprès des jeunes, là où ils se trouvent, dans les écoles, centres de formation et où l’organisme est invité à donner de l’information.

De savoir qu’il existe des organismes spécialisés pour prévenir et accompagner les jeunes a quelque chose de rassurant pour les parents, a indiqué Roxane Angers.

Julie Berger a livré des statistiques sur le taux de consommation de cannabis chez les jeunes : il serait de 31% entre 15 et 17 ans; de 41% entre 18 et 24 ans. Et chez ces jeunes, près de 7% en consommeraient tous les jours.

Elle a poursuivi en disant que plus on commence tôt, plus on en prend l’habitude. Et que cette habitude chez les jeunes peut finir par altérer les fonctions cognitives, le cerveau se développant jusqu’à l’âge de 25 ans.

«Ce n’est pas parce que c’est légal que c’est banal» sera en quelque sorte le slogan qu’Action Toxicomanie portera toute l’année.

Souper, danse et encan
Avec ses 250 personnes, le Bal masqué de l’an dernier avait rapporté des bénéfices nets de 25 000 $ à Action Toxicomanie.

L’organisme en espère tout autant au 4e Bal masqué.

La soirée commence avec un cocktail, se poursuit avec le menu cinq services de Lucie Labranche qui cuisine avec des produits du terroir. La formation The Pockets de Catherine Leblanc assurera l’animation de la soirée avec ses pièces à saveur funk et soul. Un DJ fera danser les convives.

Comme l’an dernier, un encan silencieux sera organisé; cette année, les participants pouvant même faire leurs mises à l’aide de leurs appareils intelligents. Parmi l’éventail des objets à vendre, il y aura deux toiles d’artistes d’ici, Hélène Charland et François Arel.

On peut obtenir plus d’informations en composant le 819 758-6574.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.