Cannabis intimidation !? LES FORCES POLICIÈRES de la Mauricie se préparent à la légalisation du cannabis...Sensibilisation auprès des jeunes ?

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1066374/police-trois-rivieres-sq-mar...

Les forces policières de la Mauricie se préparent à la légalisation du cannabis...Sensibilisation auprès des jeunes
Publié le jeudi 9 novembre 2017

En Mauricie, au moins cinq agents évaluateurs des forces policières possèdent la formation pour effectuer des tests approfondis afin de détecter la conduite avec les capacités affaiblies par les drogues.

La police de Trois-Rivières se dit prête, au besoin, à augmenter les effectifs sur le terrain. Au moins un autre agent évaluateur sera formé dans l'organisation d'ici la fin de 2018.

La légalisation de la marijuana est prévue le 1er juillet 2018.

Quand fait-on appel aux agents évaluateurs?

Lorsqu'un policier soupçonne qu'un conducteur a les facultés affaiblies par la drogue, une première évaluation de base est faite. Par la suite, il est possible que l'on fasse appel à l'un de ces agents évaluateurs qui procédera à un test en 12 points qui dure environ une heure, pour déterminer si le conducteur a les capacités pour prendre le volant.

« Une fois qu'on fait appel à moi, en fait, il va y avoir des tests psychophysiques dans le but de déterminer si la personne peut diviser son attention. Par exemple, marcher et se retourner sur une ligne, se tenir sur un pied, mais on va aussi regarder les signes cliniques de la personne : tension artérielle, son pouls, la grosseur de ses pupilles », explique l'agent évaluateur de la police de Trois-Rivières, Sébastien Richard.

Sensibilisation auprès des jeunes

Jeudi matin, des policiers et un agent évaluateur se sont rendus au Cégep de Trois-Rivières pour parler aux jeunes des conséquences que peut avoir la conduite avec les capacités affaiblies par les drogues.

C'est un problème qui est récurrent. On a constaté, depuis les quatre à cinq dernières années, qu'il y avait un mythe : les gens ne consommaient plus d'alcool pour ne pas dégager d'odeurs, mais ils prennent des stupéfiants.Luc Mongrain, porte-parole de la police de Trois-Rivières

Au Cégep, des étudiants que nous avons rencontrés ont effectivement affirmé avoir déjà vu des collègues consommer de la drogue et conduire par la suite.

La police de Trois-Rivières veut miser sur la prévention.

« Ce qu'il faut que les gens sachent, c'est que lorsqu'il y a consommation de drogues, légales ou non, ultimement, le corps ne réagira pas de la même façon, donc il risque d'y avoir un ralentissement dans le processus de décision », affirme le porte-parole de la police de Trois-Rivières, Luc Mongrain.

D'après les informations d'Anne-Andrée Daneau

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.