Voici où en sont les provinces avec la légalisation du weed

https://www.vice.com/fr_ca/article/43abyd/voici-ou-en-sont-les-provinces...

Voici où en sont les provinces avec la légalisation du weed

Le Québec est la troisième province à soumettre son rapport de recommandations.
C'est confirmé, l'âge légal pour l'achat et la consommation de cannabis sera de 18 ans au Québec. Le gouvernement Couillard envisage également la création d'une société d'État qui sera chaperonnée par la Société des alcools du Québec (SAQ) et prévoit que les revenus seront investis dans la prévention. Par contre, on n'a toujours pas de détails sur le nombre de points de vente ni sur le sort réservé aux dispensaires actuellement établis dans la province.

La Coalition Avenir Québec (CAQ), qui souhaitait que l'âge légal soit fixé à 21 ans plutôt que 18, a dit être « extrêmement mal à l'aise avec la décision du premier ministre ».

(Zappiste: Philippe Couillard avait ridiculisé la proposition de la Coalition avenir Québec (CAQ) de fixer l'âge minimal à 21 ans, donc aussi celle des médecins et médecins psychiatres qui n’avaient jamais fait de croisade sur les dangers du cannabis avant qu’il soit question de légalisation. Ils n’y a pas d’études cliniques sérieuses qui ont été faite sur des humains ! Même pas sur des moins de 21 ans qui utilisent le cannabis médical, à différents taux de THC, depuis des années...)

De son côté, le chef du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Philippe Pichet, n'est pas convaincu que la légalisation prochaine saura réduire le marché noir et l'implication du crime organisé dans l'industrie du cannabis récréatif.

Le Québec devient la troisième province à déposer son plan pour la légalisation du 1er juillet prochain.

Voici où en sont les autres provinces et territoires.

Île-du-Prince-Édouard

Le premier ministre, Wade MacLauchlan, a affirmé que l'Île-du-Prince-Édouard, où 10,7 % des résidents avouent avoir consommé du cannabis dans la dernière année, n'a toujours pas de plan fixe quant à la légalisation. Le Bureau de la santé publique de l'Île-du-Prince-Édouard a compilé en juin un rapport sur les risques de santé associés à l'utilisation de cannabis, en prévenant qu'il faudra utiliser une « approche prudente » vis-à-vis de la légalisation. MacLauchlan a aussi affirmé qu'il voyait la situation un peu comme quand le Canada est passé de la prohibition à la légalisation de l'alcool, en affirmant que l'on est encore en train de « découvrir certaines des conséquences imprévues […] d'avoir légalisé l'alcool », près de 70 ans plus tard.

Nouvelle-Écosse

Le premier ministre Stephen McNeill affirme que la province sera prête à temps pour la légalisation en juillet 2018, et que les provinces de l'Atlantique sont en communication pour établir un plan d'approche « uniforme ». Mais rien n'est encore décidé pour la Nouvelle-Écosse sur ce dossier.

Nouveau-Brunswick

Le Nouveau-Brunswick a été la deuxième province à présenter un rapport sur ses recommandations pour la légalisation. On sait, entre autres, que l'âge légal sera de 19 ans et qu'une société d'État supervisera la vente. On apprend aussi que la province a conclu une entente de plusieurs millions de dollars avec deux producteurs autorisés de cannabis, dont Canopy Growth, le géant canadien du weed.

Terre-Neuve-et-Labrador

La province devrait déposer un projet de loi au printemps, après avoir tenu des consultations publiques et des sondages en ligne. Rien n'est toutefois confirmé.

Ontario

L'Ontario a été la première province à déposer un rapport, qui était d'ailleurs le plus étoffé.

D'emblée, on sait déjà que la LCBO (Liquor Commission Board of Ontario) aura la charge exclusive de superviser les ventes de cannabis dans la province, en ligne et en magasin. L'opération débutera avec une quarantaine de magasins, avant d'en atteindre 150. Les dispensaires qui opèrent actuellement en Ontario seront donc fermés.

L'âge légal sera, comme pour l'alcool, fixé à 19 ans, et les fumeurs ontariens seront déçus d'apprendre que le cannabis ne pourra qu'être consommé dans des maisons privées. Donc, pas de weed café ni de fumette au parc.

Manitoba

Le gouvernement du Manitoba s'inquiète que le fédéral ait laissé les provinces à leur propre sort sur trop d'enjeux. La province craint de ne pas être prête à temps pour la légalisation de juillet 2018. Elle n'écarte rien, mais se penche sur la possibilité d'un réseau de distribution supervisé par sa régie des alcools et des jeux.

Saskatchewan

Les Saskatchewanais auront jusqu'au 6 octobre pour donner leur avis sur le meilleur moyen de traiter la question de la légalisation du weed et la forme qu'elle prendra. La province a par contre réagi au projet de loi de l'Ontario en disant que sa façon de faire serait probablement différente.

Alberta

La province de l'Alberta a elle aussi donné la chance à ses citoyens de se prononcer sur la forme que devrait prendre la légalisation. Les citoyens peuvent aussi télécharger un guide conversationnel. Une fois les informations recueillies, le gouvernement provincial élaborera son projet qui devrait être prêt plus tard dans l'automne. La ville d'Edmonton rêve déjà de lounges et de cafés où les consommateurs pourront fumer, mais les autorités municipales n'auront pas leur mot à dire sur les décisions que prendra la province.

Colombie-Britannique

Des consultations publiques commenceront bientôt, et une proposition officielle devrait voir le jour au printemps. Il a été évoqué que la légalisation puisse prendre des formes différentes un peu partout à travers la province, qui est la deuxième plus grande consommatrice au Canada, après la Nouvelle-Écosse. On n'a pas beaucoup de détails sur les plans de la Colombie-Britannique, mais le premier ministre a affirmé que la légalisation serait une bonne source d'entrepreunariat si elle est bien réglementée par l'État. La ville de Vancouver est déjà responsable des dispensaires sur son territoire, mais l'option que le cannabis soit vendu dans des magasins tenus par l'État est envisagée.

Yukon

Un sondage en ligne est disponible sur le site internet de la province afin de recueillir les suggestions des habitants. Les résultats seront publiés en novembre. C'est pour l'instant les seuls détails que l'on a sur la légalisation au Yukon.

Territoires-du-Nord-Ouest

Comme le Nunavut, certaines communautés des T. N.-O. sont aux prises avec de graves problèmes de dépendance, ce qui fait que l'alcool est proscrit dans certaines régions et ne peut être livré que par la poste dans d'autres. Cela rend donc la tâche des autorités un peu compliquée en ce qui a trait au cannabis. Des consultations publiques seront aussi tenues sous peu.

Nunavut

Le Nunavut n'a pas encore de plan établi pour la légalisation. Les ministères des Finances, de la Santé et de la Justice travaillent de pair pour se pencher sur cette question. Les résidents de plus de 16 ans avaient jusqu'au 22 septembre pour remplir un formulaire sur le sujet. Le gouvernement de la province affirme vouloir d'abord savoir ce que les gens pensent de la légalisation avant de se concentrer sur les procédures logistiques.

*Avec Rachel Browne

Billy Eff est sur internet ici et là.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.