Comment s’expliquent les dangers du cannabis. Par des "chercheurs" qui n'ont pas fait personnellement de recherches scientifiques mais ont effectué un examen de la littérature

Zappiste: pas de lien direct vers cette UNE étude mais plusieurs autres:
Cannabis, danger pour le cœur. Cannabis : un danger supplémentaire. Le cannabis est-il dangereux ? La preuve des dangers du cannabis est désormais établie.

Aussi sa reflection personnelle prohibitionniste : Les consommateurs et ceux qui souhaitent la légalisation du cannabis feraient bien de prendre connaissance de ces données.
Il a omis de mettre dans sa mise en garde sélective: L’examen, enfin, suggère que d’autres substances pourraient entraîner les mêmes effets à l’ADN : alcool, opioïdes, tabac et benzodiazépines pourraient en effet perturber le cycle cellulaire de manière similaire.

"En conclusion, cet examen réunit des éléments de preuve soutenant l’idée que le cannabis peut perturber la division cellulaire, entraînant ainsi des dommages génétiques, pouvant conduire au développement de cancers et d’anomalies fœtales. Une narration qui appelle à de plus amples recherches sur les effets génétiques possibles du cannabis…"

Une idée n'est pas un fait !
Au sens contemporain, une idée est une représentation mentale. Naïvement, on peut dire que l'idée est dans la tête de celui qui pense. Elle n'a donc pas d'existence propre, en dehors de l'esprit qui la pense. Elle fait partie du monde intérieur, par opposition au monde extérieur des choses que l'on peut percevoir par nos sens.

https://www.medias-presse.info/comment-sexpliquent-les-dangers-du-cannab...

Comment s’expliquent les dangers du cannabis
dans Bioéthique et Santé / Bioéthique, Santé et Science — par Jean-Pierre Dickès — 28 août 2016

Les conséquences de l’usage du cannabis sont actuellement de mieux en mieux documentées. On sait qu’il peut entraîner des cancers du poumon, des psychoses, de la schizophrénie et des problèmes de fertilité. Comment les expliquer ? Il est facile de retrouver l’étude des Dr Reece et Hulse de l’Université de l’Australie de l’Ouest, publiée le 24 mai dernier. Dans la lettre XCIV du Centre National de Prévention, d’Etudes et de Recherches sur les Toxicomanies (CNPERT) il est fait référence à ce texte paru en juillet 2016 dans la revue de génétique Mutation Research,.

Des explications sont données concernant les conséquences de l’usage du cannabis sur la santé. Ceci explique l’augmentation de la fréquence de certains cancers, sa génotoxicité (toxicité sur les gènes), sa tératogénicité (apparition de malformations fœtales de la descendance).

« La consommation de cannabinoïdes chez l’Homme produit : une dispersion du matériel génétique cellulaire en plusieurs micronoyaux ; d’importantes modifications morphologiques des chromosomes= « effet clastogène » ; des erreurs de répartition du matériel génétique entre les cellules filles au cours de la division cellulaire ; un arrêt de croissance de certains tissus. »

Apparemment, parmi les effets du cannabis, on constate donc une « pulvérisation » des chromosomes qui ensuite se reconstituent plus ou moins bien. Il en découle l’apparition de centres diffus d’informations appelés épigénétiques. Le plus grave est que ces mutations génétiques sont transmissibles à la descendance puis aux générations suivantes. En pratique, il s’agit d’anomalies de la division cellulaire et du fonctionnement de la cellule. En clair des maladies comme le cancer peuvent être induites chez les fumeurs de cannabis mais aussi chez ses enfants et petits- enfants etc. Il n’existe pas à ce jour de moyens de contrer cette explosion des chromosomes et encore moins d’y pallier de quelque manière.

Les consommateurs et ceux qui souhaitent la légalisation du cannabis feraient bien de prendre connaissance de ces données.

Jean-Pierre Dickès

---------------------------------------------

http://blog.santelog.com/2016/06/01/cannabis-des-dommages-a-ladn-jusquau...

CANNABIS: Des dommages à l'ADN jusqu'au chromothripsis? – Mutation Research Publié le 01/06/2016 - See more at:

http://blog.santelog.com/2016/06/01/cannabis-des-dommages-a-ladn-jusquau...

Le composé actif tétrahydrocannabinol (THC), du cannabis, capable d’endommager l’ADN jusqu’au » chromothripsis « , c’est-à-dire jusqu’à des dommages cellulaires sévères mais pas au point de tuer la cellule, c’est la conclusion de cet examen australien de la littérature, qui suggère, dans la revue Mutation Research, la possibilité même, d’une transmission de ces dommages génétiques sur plusieurs générations.

Le chromothripsis (ou » éclatement des chromosomes « ), un phénomène documenté depuis quelques années seulement a déjà été associé à certains types de cancer et de malformations congénitales.

Les chercheurs de l’University of Western Australia ont effectué un examen de la littérature à la recherche de preuves d’effets du cannabis et de ses différents » principes » actifs sur l’ADN humain pouvant conduire au cancer et/ou affecter le développement du cerveau. Il s’agit donc d’un examen narratif portant sur les données de 189 abstracts de recherche. L’examen commence par un historique scientifique sur les étapes clés de la division cellulaire puis illustre, à partir des données disponibles, comment le cannabis perturbe ce processus à des stades bien spécifiques, conduisant à des mutations génétiques cancérigènes ou à des anomalies fœtales.

La possibilité de mutations génétiques transmissibles de génération en génération est évoquée et documentée, suggérant qu’un enfant de parents consommateurs de cannabis pourrait être affecté. Les auteurs citent en particulier plusieurs études montrant un lien positif entre la consommation de cannabis et des anomalies fœtales telles que le spina-bifida ou un faible poids de naissance, corrélées à des perturbations dans la croissance cellulaire. Des risques qui restent associés à un usage du cannabis élevé (environ 50-300mg / kg).

Ø L’examen, enfin, suggère que d’autres substances pourraient entraîner les mêmes effets à l’ADN : alcool, opioïdes, tabac et benzodiazépines pourraient en effet perturber le cycle cellulaire de manière similaire.

En conclusion, cet examen réunit des éléments de preuve soutenant l’idée que le cannabis peut perturber la division cellulaire, entraînant ainsi des dommages génétiques, pouvant conduire au développement de cancers et d’anomalies fœtales. Une narration qui appelle à de plus amples recherches sur les effets génétiques possibles du cannabis…

Source: Mutation Research: Fundamental and Molecular Mechanisms of Mutagenesis May 4 2016 doi:10.1016/j.mrfmmm.2016.05.002 Chromothripsis and epigenomics complete causality criteria for cannabis- and addiction-connected carcinogenicity, congenital toxicity and heritable genotoxicity (Visuel NHS)

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.