Pierre Claude Nolin au Devoir - Le Canada est mûr pour la légalisation du cannabis

Forums: 

Le Devoir, le 10 septembre 2013

Le Canada est " prêt pour la légalisation de la marijuana ", affirme le sénateur conservateur Pierre Claude Nolin, une décennie après la publication de son important rapport sur l'échec de la guerre contre les drogues.

Ce sénateur influent, qui a été conseiller du premier ministre Brian Mulroney, soutient que les conditions n'ont jamais été aussi favorables à la légalisation du cannabis. Deux États américains viennent de légaliser l'usage récréatif de la marijuana sans opposition de la part de Washington ; plusieurs pays sud-américains s'interrogent sur la violence associée à la prohibition ; et le débat sur la légalisation a fait des pas de géant au Canada avec l'appui du chef libéral Justin Trudeau, note le sénateur Nolin.

" Le Canada est prêt pour la légalisation du cannabis. La société est prête. La population a évolué. Les scientifiques, les parents, les éducateurs, les policiers, les officiers de la santé publique sont tous à des années-lumière en avance sur les politiciens ", a dit Pierre Claude Nolin en entrevue au Devoir.

Le sénateur a publié un rapport marquant qui recommandait la légalisation du cannabis, en 2002. Après trois années d'étude approfondie, son comité spécial du Sénat avait conclu à l'échec de la prohibition. Il prônait une politique de santé publique qui réglementerait la production et la distribution de la marijuana, une substance dont l'usage était déjà largement répandu, il y a 11 ans.

Le ministre de la Justice de l'époque, Martin Cauchon, a par la suite tenté de décriminaliser la possession de petites quantités de cannabis, mais le projet n'a jamais abouti. Les libéraux ont été chassés du pouvoir en 2006 par les conservateurs, qui ont durci le ton contre la marijuana. Le gouvernement Harper a même imposé une sentence minimale de six mois de prison pour la culture d'à peine six plants de cannabis.

" Les peines minimales, ça ne marche pas, même les Américains l'ont reconnu. Ils font marche arrière sur les peines minimales ", dit le sénateur, qui ne craint pas de critiquer le gouvernement conservateur. Pierre Claude Nolin a pourtant présidé les campagnes électorales des conservateurs en 1993, 1997, 2004 et 2006 au Québec, mais sa démarche sur les drogues se veut non partisane, explique-t-il.

" Le durcissement des peines pour possession simple stimule encore plus les bandes organisées, soutient le sénateur. Ça professionnalise le marché noir. Ça crée une prime au risque, ça augmente la valeur du produit. Ça sort la production du petit producteur qui cultive pour ses amis. Plus on criminalise la production, plus on dit aux petits producteurs : laissez ça aux criminels. "

Les mentalités évoluent

Les corps policiers de tout le Canada admettent ouvertement qu'ils ont mieux à faire que d'arrêter les petits consommateurs, note Pierre Claude Nolin. Ils ne sont pas les seuls : au moins une demi-douzaine de pays d'Amérique latine réfléchissent aux conséquences dramatiques de la prohibition, qui crée une vague de violence sans précédent. La guerre contre les drogues a fait plus de 60 000 morts, seulement au Mexique, depuis 2006, rappelle-t-il.

Le sénateur de 63 ans est devenu une sommité internationale en matière de drogues depuis la publication de son fameux rapport - qui est l'étude du Sénat la plus lue à ce jour, avec plus de 50 000 téléchargements. Pierre Claude Nolin a été consulté par des ministres, des juges et des corps policiers de partout dans le monde.

" D'autres pays n'attendent que ça, qu'un gros pays, comme le Canada, un pays stable, sérieux, voisin des Américains, décide de lever la tête et de dire : c'est assez ! Il y a des pays européens, sud-américains et africains qui vont embarquer. Je suis convaincu que ça va réveiller les troupes ", affirme le sénateur.

Signe de l'évolution des mentalités aux États-Unis, les États de Washington et du Colorado ont légalisé l'usage récréatif de la marijuana à la suite de référendums tenus au moment de l'élection présidentielle de l'an dernier. Sans faire de bruit, la Maison-Blanche a annoncé il y a deux semaines qu'elle n'allait pas contester la volonté populaire des deux États. " C'est un grand pas ", croit le parlementaire canadien.

Autre signe encourageant, selon M. Nolin, Barack Obama a déclaré deux fois, avant d'être élu président, qu'il considère l'usage du cannabis comme une question de santé publique, et non comme une question de sécurité. Au moins 17 États américains ont d'ailleurs autorisé l'usage thérapeutique de la marijuana, rappelle le sénateur.

L'effet Trudeau

De ce côté-ci de la frontière, Pierre Claude Nolin voit d'un bon oeil la sortie récente de Justin Trudeau, chef du Parti libéral du Canada (PLC), en faveur de la légalisation de la marijuana. Comme Justin Trudeau et bien d'autres élus, Pierre Claude Nolin admet en riant avoir déjà fumé du cannabis - mais pas depuis qu'il a été nommé au Sénat, en 1993. Plus de 70 % des jeunes Canadiens âgés de 12 à 17 ans ont fumé de la marijuana, rappelle-t-il.

" Ce que je vois de bon dans la position de Justin Trudeau, c'est qu'il met cet enjeu-là à l'avant-scène du débat public. J'espère que les politiciens seront capables de relever le défi de façon intelligente et respectueuse pour les citoyens ", dit le sénateur conservateur.

M. Nolin dit avoir été consulté par des membres influents du PLC sur la marche à suivre dans ce dossier. Sa recommandation : nommer un responsable national de la politique des drogues au sein de l'appareil d'État, convoquer une conférence nationale sur la légalisation du cannabis et informer les alliés du Canada de son intention de le légaliser. Ottawa doit aussi relancer la recherche sur les effets du cannabis, pour mieux encadrer la consommation, selon lui.

" L'important est de ne surtout pas se contenter d'une simple loi, sans apport scientifique et débat public. Les Canadiens méritent mieux ", dit-il.

Des drogues bien plus puissantes que le cannabis sont consommées couramment sans nuisance pour la santé publique. Le sénateur Nolin peut en témoigner. Souffrant d'un cancer du cholédoque (une partie du système digestif), il prend un cocktail de produits qui comprend de la morphine pour soulager ses douleurs.

Utilisés de façon sécuritaire, ces produits améliorent de façon considérable la qualité de vie des Canadiens.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.