France: Le cannabis tue beaucoup moins que l'alcool à l'origine de plus de 1 200 accidents mortels par an

Forums: 

http://www.lepoint.fr/auto-addict/actualites/cannabis-au-volant-plus-de-...

- Publié le 11/11/2012 à 16:02

Cannabis au volant: plus de 200 morts par an

Le cannabis tue beaucoup moins que l'alcool à l'origine d'un accident mortel sur trois, mais il est responsable de plus de 200 morts par an sur les routes de France.

. Le cannabis coûterait chaque année la vie à environ 230 personnes, selon une grande étude épidémiologique de 2005 (étude SAM pour Stupéfiants et accidents mortels de la circulation routière).

. Le risque d'accident mortel est multiplié par 1,8 sous l'emprise de drogue, par 8,5 sous l'emprise d'alcool. Mais quand les deux produits sont combinés, le risque est multiplié par entre 14 et 15.

(Zappiste: risques pour l'alcool: À 0,5 g/l, le risque d'accident est multiplié par deux. Il est multiplié par 10 lorsqu'on dépasse 0,8 g/l.)

"Or, 40% des conducteurs contrôlés positifs au cannabis le sont également à l'alcool", relève la Prévention routière.

. Quelque 2,5 % des accidents mortels sur la route sont attribuables au cannabis (28,6 % à l'alcool), selon SAM qui reste l'étude de référence et n'a pas fait l'objet d'une actualisation à ce jour.

. La réalité est peut-être plus grave: selon le bilan annuel de la sécurité routière, la présence de cannabis a été trouvée dans l'organisme d'au moins un conducteur dans 12,5% des accidents mortels en 2011, que l'accident lui soit imputable ou pas.

(Zappiste intéressant la partie: que l'accident lui soit imputable ou pas ! On a prouvé scientifiquement que la présence de cannabis peut être détectée dans le sang après une semaine et jusqu'à un mois après la consommation et que son effet ne dure pas plus de deux heures même avec un taux élevé en THC.)

Ce chiffre a augmenté depuis que la Sécurité routière tente d'étudier ce phénomène en 2008 (11,1%). Toutefois, ces données restent non représentatives car "la présence de drogue dans les accidents n'est renseignée que dans deux cas sur 10", met en garde la sécurité routière.

. A l'instar de l'alcool, les jeunes conducteurs (18-24 ans) sont les premiers concernés, avec une moitié des décès.

. Après l'enquête SAM, les parlementaires avaient fait de la conduite sous l'emprise de la drogue un délit passible de deux ans d'emprisonnement et de 4.500 euros d'amende, en plus d'un retrait de six points.

(Zappiste: peine pour le délit de conduite sous l'emprise de la drogue licite, l'alcool.)

Cette peine peut être portée à trois ans d'emprisonnement et 9.000 euros d'amende si cette infraction est couplée avec l'alcoolémie. Le tribunal peut suspendre le permis de conduire pour trois ans, voire l'annuler.

En cas de blessures pour un tiers, la peine passe à cinq ans et 75.000 euros d'amende.

http://www.preventionroutiere.asso.fr/Nos-publications/Statistiques-d-ac...
Statistiques morts dû à l’alcool 2010
En 2010 il y avait eu "plus de 1 200 morts sur les routes du fait de l'alcool".

------------------

http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/12/16/securite-routiere-campa...

Sécurité routière : campagne de prévention contre l'alcool au volant

Le Monde.fr avec AFP | 16.12.2011 à 11h10• Mis à jour le 09.03.2012 à 11h59

Claude Guéant, le ministre de l'intérieur, a annoncé vendredi 16 décembre sur France Info, le lancement d'une campagne radiotélévisée de prévention des dangers de l'alcool au volant, responsable de 1 200 morts en 2010, le tiers du nombre des tués sur les routes.

A l'approche des fêtes de fin d'année et des grands départs en vacances, "mon message, aujourd'hui, c'est vraiment 'attention à l'alcool', [qui] représente à peu près le tiers des accidents mortels dans notre pays", a souligné le ministre. Davantage encore "le week-end et la nuit", où l'alcool est alors responsable de "la moitié des accidents mortels", a poursuivi M. Guéant en rappelant qu'en 2010 il y avait eu "plus de 1 200 morts sur les routes du fait de l'alcool".

La sécurité routière est au centre du déplacement vendredi matin du ministre de l'intérieur à Troyes, où il va "lancer une campagne d'information à la radio, à la télévision, très forte, afin de prévenir contre les dangers de l'alcool et de créer autour de l'automobiliste une véritable solidarité, une véritable vigilance", a-t-il expliqué. "Le thème de la campagne télévisée, c'est : 'Si tu tiens à lui, retiens-le', c'est-à-dire "ne le fais pas conduire" s'"il a bu, a révélé le ministre de l'intérieur. En outre, a-t-il ajouté, "il y a une autre campagne qui a eu beaucoup de succès auprès des jeunes et qui redémarre et dont le thème est : celui qui conduit est celui qui ne boit pas".

Globalement, après "un véritable dérapage en matière de sécurité routière" au début de 2011, "la situation s'est rattrapée, nous avons des chances sérieuses d'enregistrer moins de morts que l'année dernière", où le nombre de tués sur les routes s'est élevé à 3 994, a indiqué Claude Guéant. Quant à "l'objectif de moins de 3 000 morts fixé pour 2012, nous allons tout faire pour y parvenir", a-t-il assuré.

----------------------

http://www.dossierfamilial.com/auto/droits-demarches/alcool-au-volant-qu...

Alcool au volant : que risquez-vous ?

Mis à jour le
Dimanche 17 juillet 2011

Si conduire sous l'influence de l'alcool est un délit moins répandu que l'excès de vitesse, son influence est cependant considérable sur les accidents. Quelles sont les sanctions encourues ?

Les accidents liés à l'abus d'alcool représentent un tiers des accidents mortels et l'alcool au volant est responsable directement de 40 % des décès immédiatement consécutifs aux accidents. À 0,5 g/l, le risque d'accident est multiplié par deux. Il est multiplié par 10 lorsqu'on dépasse 0,8 g/l.

0,5 g d'alcool maximum pour conduire

En France, il est interdit de conduire avec plus de 0,5 g d'alcool par litre de sang. Il faut savoir qu'en moyenne, pour un homme de 70 kg, ce taux est atteint à jeun avec deux verres et demi de vin. Pour une femme de 50 kg, il suffit d'un verre et demi. Et qu'il faut entre quatre et cinq heures pour éliminer ces 0,5 g d'alcool.

Alcool au volant : jusqu'à 4 500 € d'amende

Le conducteur qui présente une alcoolémie comprise entre 0,5 et 0,8 g/l est puni d'une amende prévue pour les contraventions de quatrième classe et d'un retrait de six points de son permis. Si elle dépasse 0,8 g/l, le conducteur commet un délit et encourt une peine de deux ans d'emprisonnement, 4 500 € d'amende et un retrait de six points de son permis.

Dans les deux cas, celui-ci peut être suspendu jusqu'à trois ans, cette suspension pouvant être limitée à la conduite en dehors de l'activité professionnelle. Si l'alcoolémie dépasse 0,8 g/l, le permis peut également être annulé, avec interdiction de se présenter à l'examen pendant trois ans. L'annulation devient systématique dès lors qu'il s'agit d'une récidive (effective si moins de cinq ans séparent les deux délits).

De plus, si vous associez consommation de stupéfiants et d'alcool à un taux prohibé, vous encourez 3 ans d'emprisonnement et 9 000 euros d'amende.

Enfin, si vous provoquez un accident en conduisant sous l'emprise de l'alcool, l'amende sera portée à 30 000 euros si vous occasionnez des blessures graves et vous serez passible d'un emprisonnement pouvant aller jusqu'à 10 ans et d'une amende pouvant atteindre 150 000 euros si vous provoquez la mort d'un autre usager de la route.

L'alcool est un facteur d'aggravation des accidents

Même à des doses relativement faibles, l'alcool a des effets néfastes sur la conduite. En particulier, son action désinhibitrice procure une impression d'invulnérabilité, alors que les temps de réponse sont allongés, la perception des distances brouillée, le champ visuel rétréci, la réaction à l'éblouissement la nuit moins bonne, etc.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.