Belgique: On fume deux fois plus de cannabis à Bruxelles qu'en province

Forums: 

http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_l-usage-du-cannabis-deux-fois-pl...

On fume deux fois plus de cannabis à Bruxelles qu'en province
BELGIQUE | mercredi 4 janvier 2012 à 15h38

L'usage de cannabis en Région bruxelloise est deux fois plus important que dans le reste du pays, selon des chiffres livrés mercredi par la députée bruxelloise Bianca Debaets (CD&V) sur base des résultats fournis à l'une de ses questions parlementaires. Selon Mme Debaets, neuf pour cent des Bruxellois âgés entre 15 et 64 ans ont consommé du cannabis au cours des douze derniers mois. La moyenne dans le reste du Royaume est de cinq pour cent.

Selon ces statistiques, 15% des jeunes et jeunes adultes de la capitale fument régulièrement des joints. Cet usage est plus répandu auprès des jeunes dotés d'un diplôme de l'enseignement supérieur. Ceux-ci représentent 11% des consommateurs, contre 3% pour ceux sans diplôme ou diplômés de l'enseignement primaire. Les hommes représentent en moyenne 11% des consommateurs d'herbe dans la capitale, contre 7% de femmes.

Pour la députée, ces chiffres démontrent la nécessité de faire davantage en matière de politique de prévention.

Belga

--------------

Perpétuelle distinction entre l'alcool (biiiiieeen) et les drogues (paaaaas biiiiiiien).

----------------

http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_les-drogues-et-les-alcoolos-qui-...

Les drogués et les alcoolos qui se soignent seront répertoriés
BELGIQUE | mardi 3 janvier 2012 à 8h44

On ne dispose pas de chiffres précis, des estimations seulement mais, en Belgique, il y aurait, par exemple, 500.000 personnes souffrant d'alcoolisme. Avoir des chiffres plus précis, ce serait aussi apporter des réponses plus adéquates. Une base de données, encadrée, va être créée.
C'est l'Institut Scientifique de la Santé Publique qui a développé ce projet pour lutter contre la dépendance à l'alcool et aux drogues.

Aujourd'hui en Belgique il y aurait un demi-million de personnes qui souffrent d'alcoolisme et 20.000 toxicomanes mais ce ne sont que des estimations, des données fragmentées.

Toute la difficulté c'est de connaître les chiffres parce que quand on parle de dépendance à l'alcool et à la drogue on rentre clairement dans un sujet tabou.

Or, dit-on à l'institut scientifique, les chiffres sont importants pour apporter des réponses adéquates et savoir qui consomme quoi.

Alors concrètement, comment établir ce "cadastre"?

Chaque personne qui suitun traitement, c'est important de le préciser, recevra un questionnaire donnant son lieu de résidence, son niveau de formation et la fréquence de sa consommation d'alcool ou de drogue.

Une cinquantaine de centres, d'hôpitaux et d'institutions devraient participer au projet auquel la Commission pour le respect de la vie privée a donné son feu vert. Les données à caractère personnel seront donc protégées.

Lionel Deneubourg

-------------------------

Derniers commentaires

de La trompe

Outre les termes péjoratifs ce qui me chiffonne c'est cette perpétuelle distinction entre l'alcool (biiiiieeen) et les drogues (paaaaas biiiiiiien). Soit on parle de drogues en général, et l'alcool en fait partie, de même que le tabac ou le café (du fait de la dépendance qu'ils induisent). Soit on fait une distinction entre toutes les drogues : alcool, tabac, cannabis, cocaine, speed, excta, héro,... Ça m'agace parce que ça sous entend que l'alcool n'est pas vraiment une drogue ou qu'il n'est pas comparable aux autres psychotrope. Selon le rapport Roques, dernier rapport en date classifiant les différents psychotropes selon leurs dangerosités, l'alcool induit :- Une très forte dépendance physique- Une très forte dépendance psychique- Une forte neurotoxicité- Une forte toxicité générale- Et une forte dangerosité sociale.

04-01-2012 08:37 | Répondre

de Super Faché

Bandes de journaleux, vous n'avez pas honte de parler de ces gens comme ça, ce sont des gens malades. La RTBF est vraiment médiocre , et vous n'arrangez pas le problème, il faudrait vous boycotter , dire que c'est avec les deniers des citoyens que vous vivez et vous ne les respectez même pas, HONTE à vous, je ne lirai plus vos articles qui sont les trois quart du temps débile ou sans intérêts

04-01-2012 01:22 | Répondre

de nassimovitch

Que dire alors des tranquillisants, anti-dépresseurs, anti-douleurs et autres drogues légales dont on se doute bien que le nombre d'intoxiqués sont probablement plus nombreux que les malades alcooliques ou usager de drogues illégales ? Le problèmes est d'autant plus graves qu'il est insidieux et cautionné par un corps médical qui préfère assommer les malades ou soigner les symptômes plutôt que de chercher plus loin. Pourquoi cette face du problème n'est-elle pas prise en compte ?

03-01-2012 21:11 | Répondre

de Fred Titre très salissant ... Niveau RTBF 0 !

03-01-2012 17:58 | Répondre

de anonyme

Bien vu Totor ! Je suis malade alcoolique et non pas "ALCOLO" ni "DROGUE", je trouve que ce titre n'est pas respectueux envers les personnes malades.

03-01-2012 14:38 | Répondre

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.