Libye: l'Otan frappe un poste de sécurité et le ministère anti-corruption à Tripoli.

Forums: 

http://www.lepoint.fr/reactions/monde.php?article=libye-l-otan-frappe-un...

AFP - Publié le 17/05/2011 à 06:52 - Modifié le 17/05/2011 à 06:53

Vos commentaires sur :

Libye: l'Otan frappe un poste de sécurité et le ministère anti-corruption à Tripoli

Un bâtiment des services de sécurité intérieure et le siège du ministère d'inspection et de contrôle populaire, organe de lutte contre la corruption en Libye, étaient en feu très tôt mardi matin, après des raids de l'Otan, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les deux bâtiments sont situés sur l'avenue Al-Joumhouriya, un quartier résidentiel et administratif, au centre de la capitale, non loin de la résidence du colonel Mouammar Kadhafi.

Vers 03H00 locales (01H00 GMT) les pompiers luttaient toujours contre les flammes qui ravageaient les deux bâtiments situés l'un en face de l'autre, a constaté un journaliste de l'AFP qui faisait partie d'un groupe de correspondants de la presse internationale, emmenés sur les lieux par les autorités.

Auparavant, deux explosions avaient été entendues dans ce secteur vers 01H30 locale.

La ministre d'inspection et de contrôle populaire, présente sur place, a fait état de blessés parmi les fonctionnaires de son ministère, sans toutefois donner des chiffres précis.

Le porte-parole du gouvernement Moussa Ibrahim a indiqué par la suite que des dirigeants du Conseil national de transition (CNT) de la rébellion, qui faisaient partie du régime avant de faire défection, ont demandé à l'Otan de bombarder le siège du ministère pour détruire des preuves de leur implication dans des affaires du corruption.

"Nous croyons que l'Otan a été induit en erreur (par des dirigeants du CNT) en vue de détruire des dossiers qui prouvent leur implication dans des affaires de corruption", a déclaré M. Ibrahim à la presse.

Vers 18H00 GMT lundi trois explosions avaient été entendues dans le secteur de Bab Al-Aziziya, où réside le colonel Kadhafi. Interrogé sur les cibles visées, Moussa Ibrahim a indiqué ne pas avoir d'informations "pour le moment".

COMMENTAIRES:

fpetitdemangele 17/05/2011 à 23:00

La drogue, les papiers compromettants et la destruction du ministère anti-corruption.
Les cartels de la drogue, colombien, espagnol, italien, russe, etc., sont reliés entre eux. Ainsi, la marchandise peut quitter l’Afghanistan, passer par l’Afrique, pour arriver aux États-Unis et au Canada. Il y a, dans cette simple phrase, trois groupes à l’œuvre : producteurs, passeurs, consommateurs.
Les narcotrafiquants, colombiens par exemple, qui s’occupent de l’approvisionnement des marchés aux USA et au Canada, étendent de plus en plus leurs activités en direction de l’immense marché que pourrait représenter le continent africain. Le lien entre les trafiquants de drogue et les groupes armés, appelés terroristes, existe : les premiers assurent le transport de la camelote sous la protection des seconds. Or, l’acheminement d’une marchandise à hauts risques nécessite un type de service de sécurité qui se rémunère “très honorablement” : ainsi, les groupes armés, recevant un pourcentage sur le coût total de la marchandise, peuvent se réapprovisionner en armes.
Les rebelles made in CIA, truffés de membres d’Al-Qaïda - ces derniers, terroristes naguère tant décriés par les États occidentaux - sont actuellement très appréciés par ceux-ci. D’ailleurs, pour l’instant, c’est donnant-donnant : l’Otan bombarde, depuis le ciel, et les troupes de rebelles, au sol, donnent un bon coup de main aux commandos européens ; tous s’entendent pour détruire les infrastructures et superstructures du pays et réduire à néant le travail effectué, durant 42 ans, par la population libyenne et par des centaines de milliers de travailleurs immigrés, venus d’autres pays du monde. Drogue-argent-armes : voici trois des nerfs de la guerre…
D’où la présence de la drogue en Libye combattue par le ministre libyen de l’Intérieur. La question se pose alors : les rebelles, pas seulement les débarqués des États-Unis mais aussi les autres, qu’ont-ils donc à cacher, pour faire bombarder certains ministères, et pas n’importe lesquels, ceux de la « sécurité intérieure » et de « lutte contre la corruption », mettant en péril la vie d’employés, donc de civils ?
Cette destruction des archives, et notamment des dossiers compromettants pour les rebelles, naguère pro-Kadhafi, aujourd’hui pro-occidentaux, qui voudraient anéantir le système politique et économique de la Grande Jamahiriya arabe populaire et socialiste honnie par les impérialistes occidentaux pour mettre à sa place une magouillocratie, voire une magouillocrassie, à la mode occidentale, laisse à penser que ces rebelles, outre qu’ils n’ont vraiment pas la conscience tranquille, ont un passé plutôt chargé….

kiditoutle 17/05/2011 à 12:24
Le CNT...
C'est quoi au juste... ? C'est qui... ? Qui sont ces gens "reconnus par nos politiques ?... Ils se connaissaient donc auparavant ?...

tartenpionle 17/05/2011 à 09:31
Sarko embourbé jusqu'au cou se débat comme il peut !
L'intervention devait être chirurgicale, très ponctuelle, il s'agissait d'une question de quelques jours avant que le vieux bédouin ne lâche prise etc.
Elle est belle notre politique internationale après nos déboires en Tunisie, en Égypte, en Libye sans parler de la Syrie où Sarkozy n'envisage même pas un seul instant de venir en aide aux insurgés.

Il faut admettre que l'armée Syrienne n'est pas constituée des mercenaires africains qui ridiculise notre armée en Libye.

Game Boyle 17/05/2011 à 07:37
De plus en plus honte d'être français !
Et maintenant, on bombarde des bâtiments administratifs situés au cœur de Tripoli. C'est exactement ce que les nazis faisaient à Londres lors du "Blitz" en 1940. Les frappes de l'Otan ont fait 47.000 victimes civiles en Afghanistan, 274.000 en Irak. Il faut croire que la vie d'un Arabe ne pèse pas le même poids que celle d'un occidental aux yeux de certains. Quelle honte !

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.