"la France ne se laissera dicter sa politique par personne"...

Forums: 

Zappiste: la France elle est le lèche-cul des États-uniens, et des prohibitionnistes internationaux !

Elle ne respecte pas "La Déclaration Universelle des Droits de l'Homme" !

http://www.un.org/fr/documents/udhr/

Article 19
Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

Sauf la liberté d'opinions concernant le cannabis en France.`

[Le problème, en ce qui concerne la France, c'est qu'aucun journaliste français ne pourra réellement faire le travail d'un journaliste (donner les faits, en bien comme en mal, puis expliquer les conséquences bonnes et mauvaises d'une légalisation d'une ou plusieurs drogues) à cause de la loi qui interdit de parler autrement qu'en terme péjoratif de la drogue :

L’usage de produits stupéfiants est interdit par l’article l 3421-1 du Code de la santé publique qui prévoit des peines maximales d’un an d’emprisonnement et de 3 750 euros d’amende. Depuis la loi du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance, qui a modifié certains articles du Code de la santé publique, les personnes ayant commis ce délit encourent également une peine complémentaire: elles doivent effectuer un stage de sensibilisation aux dangers de l'usage des produits stupéfiants.

La provocation à l’usage ou au trafic de stupéfiants, par la publicité ou l’incitation ou la présentation sous un jour favorable des produits classés stupéfiants, (quel que soit le support choisi : vêtements, bijoux, livres, etc.) est punie de cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende, même si l’incitation est restée sans effet (article L3421-4 du Code de la santé publique). Les peines sont aggravées lorsque les mineurs sont visés (sept ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende). La provocation de mineurs de moins de 15 ans au trafic de stupéfiants est sanctionnée par une peine de dix ans d’emprisonnement et de 300 000 euros d’amende.]

Mon problème avec la déclaration c'est qu'elle se base sur la "Loi" même si elle est injuste.

----------------

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hzAhZoOYzanTPs1o5t0Zq...

Otages: "la France ne se laissera dicter sa politique par personne", affirme Sarkozy
(AFP) – Il y a 2 heures

LISBONNE — Le président Nicolas Sarkozy a déclaré samedi depuis le sommet de l'Otan à Lisbonne que la France ne se laisserait "dicter sa politique par personne", après un message d'Aqmi prévenant que Paris devait négocier la libération des otages au Mali avec Oussama ben Laden.

"La ministre des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie a pris la parole et elle a parlé en notre nom à tous. Je fais miens ses propos, la France ne se laissera dicter sa politique internationale et nationale par personne", a déclaré M. Sarkozy lors d'une conférence de presse.

"La France est un pays indépendant, la France est un pays souverain, la France est un pays qui ne veut la guerre à personne, la France est un pays qui ne veut imposer ses valeurs, ses idées, ses idéaux à personne. Mais la France ne se laissera pas dicter sa politique par personne. C'est une position qui ne bougera pas", a-t-il poursuivi.

"Par ailleurs, nous ferons tous nos efforts pour ramener à la maison les otages qui sont des victimes civiles, qui n'y sont absolument pour rien, qu'on retient dans des conditions parfois extrêmement difficiles, compte tenu de la topographie, du climat et de la réalité géographique et qui n'ont pas à se retrouver pris dans ces conditions", a ajouté le chef de l'Etat.

Dans un enregistrement audio diffusé jeudi soir par la chaîne de télévision du Qatar Al-Jazira, le chef d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), l'Algérien Abdelmalek Droukdel, a affirmé que Paris allait devoir traiter avec ben Laden pour obtenir la libération des cinq otages français retenus au Mali.

L'Aqmi exige en outre de la France qu'elle retire ses troupes d'Afghanistan pour libérer les otages qu'elle retient.

Le 16 septembre, cinq Français ainsi qu'un Togolais et un Malgache, pour l'essentiel des collaborateurs des groupes français Areva et Satom, ont été enlevés à Arlit dans le nord du Niger, un site d'extraction d'uranium. Ils seraient détenus dans le nord-est du Mali. La mouvance Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué ce rapt le 21 septembre.

Copyright © 2010 AFP. Tous droits réservés.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.