Inde : Suicide collectif de 1 500 paysans - Les OGM en question...

Forums: 

Zappiste: c'est à l'émission Vu Du Ciel sur PLANETE que j'ai vu Vandana Shiva et son combat contre les OGM de Monsanto, les monopoles et la monoculture.

Et à la suite de recherches que j'ai trouvé le lien vers les: " Inde : Suicide collectif de 1500 paysans. Les OGM en question . . ."

En Inde pour un fermier c'est "la mort plutôt que le déshonneur"

http://www.solutionslocales-lefilm.com/personnages/vandana-shiva

« Ce lien entre le champ et la table, qui permet que la nourriture saine produite à la ferme arrive sur l’assiette de tous, c’est la réinvention de la démocratie car tant que ce lien est rompu, nous ne saurons pas ce que nous mangeons. »
Physicienne et épistémologue, diplômée en philosophie des sciences, Vandana Shiva est l’une des chefs de file des écologistes de terrain et des altermondialistes dans le monde. Elle milite notamment pour la défense de l’agriculture paysanne et biologique face à la politique d’expansion sans limite des multinationales agro-alimentaires et aux effets pervers du génie génétique. Elle lutte contre le brevetage du vivant et la biopiraterie, c’est-à-dire l’appropriation par les firmes agro-chimiques transnationales des ressources universelles, notamment les semences.

Dès les années 80, elle a été très active dans le «Narmada Bachao Andolan» (Mouvement Sauvons le Narmada) qui s’oppose à la construction d’énormes barrages sur la rivière Narmada car ils bouleversent les écosystèmes et imposent à des millions de paysans pauvres de quitter leurs terres.

Vandana Shiva a fondé «Navdanya», association qui oeuvre pour la conservation de la biodiversité et la protection des droits des fermiers. La ferme de Navdanya est une banque de semences modèle, qui a permis à plus de 10 000 fermiers d’Inde, du Pakistan, du Tibet, du Népal et du Bangladesh de redécouvrir l’agriculture «organique» comme on le dit en Inde (une agriculture à mi-chemin entre l’agriculture paysanne et l’agriculture biologique).

Elle est aujourd’hui à la tête de la Commission internationale pour l’avenir de l’alimentation et de l’agriculture.

Parfois qualifiée de «José Bové en sari», elle partage avec ce dernier de nombreux combats et a témoigné à plusieurs reprises en sa faveur, notamment lors du procès de Millau.

Pour relayer son engagement, elle a publié de nombreux ouvrages, comme «Ethique et agro-industrie ou Main basse sur la vie», «Le Terrorisme alimentaire», «La Biopiraterie ou le pillage de la nature et de la connaissance» et aborde la préoccupante question de l’eau dans «La Guerre de l’eau : privation, pollution et profit en 2003». L’année suivante, elle reprend le combat avec «La Vie n’est pas une marchandise : la dérive de la propriété intellectuelle».

En 1993, Vandana Shiva a reçu le «Right Livelihood Award», communément appelé le Prix Nobel alternatif.

http://www.vandanashiva.org/

http://www.navdanya.org

----------------------------

http://www.navdanya.org/about-us

Introduction à la Navdanya
Navdanya a débuté comme un programme de la Fondation de recherche pour les sciences, la technologie et de l'écologie (RFSTE), une initiative de recherche participative fondée par scientifique de renommée mondiale et environnementaliste Dr Vandana Shiva, pour fournir une orientation et un soutien aux activisme environnemental.

1984 a été l'année de la violence du Pendjab et de la tragédie de Bhopal. Cette violence a exigé un changement de paradigme dans la pratique de l'agriculture. Navdanya est né de cette recherche pour l'agriculture non violente, qui protège la biodiversité, la terre et nos petits agriculteurs.

Navdanya signifie neuf cultures qui représentent la source collective de l'Inde de la sécurité alimentaire. L'objectif principal de ce programme de conservation de la biodiversité Navdanya est de soutenir les agriculteurs des, de sauvetage et de conserver les cultures et les plantes qui sont poussés à l'extinction et les rendent disponible par le biais de marketing direct.

Navdanya participe activement au rajeunissement de connaissances autochtones et de la culture. Il a créé de sensibilisation sur les dangers du génie génétique, défendu connaissances les de biopiraterie et de la nourriture des droits face à la mondialisation.

Il a sa propre banque de graines et de la ferme organique répartis sur un ares de 20 acres en Uttrakhand, en Inde du Nord.

Navdanya a conservé jusqu'à présent avec succès plus de 5 000 variétés de cultures, y compris les 3000 de riz, 95 du blé, 150 de haricots (rajma), 15 de millet et et plusieurs variétés de légumineuses, légumes, plantes médicinales, etc..

Zappiste anecdote: pour payer ses semences le fermier peut soit rapporter le double ou partager ce double avec deux autres fermiers.

---------------------------------------------------
ENGLISH:
Introduction to Navdanya
Navdanya started as a program of the Research Foundation for science, Technology and Ecology (RFSTE), a participatory research initiative founded by world-renowned scientist and environmentalist Dr. Vandana Shiva, to provide direction and support to environmental activism.

1984 was the year of the Punjab Violence and the Bhopal tragedy. This violence demanded a paradigm shift in the practice of agriculture. Navdanya was born of this search for nonviolent farming, which protects biodiversity, the Earth and our small farmers.

Navdanya means nine crops that represent India's collective source of food security. The main aim of the Navdanya biodiversity conservation programme is to support local farmers, rescue and conserve crops and plants that are being pushed to extinction and make them available through direct marketing.

Navdanya is actively involved in the rejuvenation of indigenous knowledge and culture. It has created awareness on the hazards of genetic engineering, defended people's knowledge from biopiracy and food rights in the face of globalisation.

It has its own seed bank and organic farm spread over an ares of 20 acres in Uttrakhand, north India.
Navdanya has so far successfully conserved more than 5000 crop varieties including 3000 of rice, 95 of wheat, 150 of kidney beans (rajma), 15 of millets and and several varieties of pulses, vegetable, medicinal plants etc.

---------------------

http://sos-crise.over-blog.com/article-inde-suicide-collectif-de-1500-pa...

Inde : Suicide collectif de 1500 paysans. Les OGM en question . . .
Information à réactualiser
Inde : Suicide collectif de 1500 paysans. Les OGM en question . . .
17 avril 2009 13:11, Les mots ont un sens, par Napakatbra

Suicides de paysans indiens dus aux cotons Bt OGM de Monsanto. Suicides paysans indiens cotons Bt OGM Monsanto. Inde : Suicide collectif de 1 500 paysans - Les OGM en question... - LMOUS
Ces dernières semaines, 1500 fermiers se sont suicidés collectivement en Inde, dans la province de Chattisgarh. Un phénomène récurrent, puisque les chiffres officiels font état de 1000 suicides mensuels... depuis plus de quinze ans. En cause, l'endettement des paysans lié à l'achat de semences OGM miraculeuses... qui se révèlent catastrophiques.

Depuis le milieu des années 80, l'Inde a accepté d'ouvrir totalement son marché en contrepartie de l'aide du Fonds Monétaire International. Une révolution économique s'en suivit, qui en fit un terrain d'expérimentation mondial en matière agricole. Depuis lors, les paysans sont livrés aux promesses des vendeurs de semences magiques : les rendements devaient être exceptionnels, et les insectes et parasites rangés dans les tiroirs de l'histoire. Les variétés traditionnelles ont même été interdites dans de nombreuses banques de semences gouvernementales. Mais pour toucher le Graal, il fallait débourser 10 fois plus pour la même quantité de semences. Le prix de la gloire. Et les paysans se sont massivement endettés.

What a wonderfull world (Company)...
Sauf que les semences OGM de coton Bt (de Monsanto, faut-il le préciser) sont tombées malades, infestées par le vers (vorace) de la capsule. Les semenciers avaient juste oublié de préciser que les plantes n'étaient pas résistantes aux maladies locales et qu'il fallait donc épandre des tonnes de pesticides en plus. Ils avaient aussi omis d'indiquer que les variétés en question buvaient deux plus d'eau et dégradaient les sols à grande vitesse. Du coup, les sécheresses ont été amplifiées et les rendements réduits à peau de chagrin. Les paysans se retrouvent à sec, paralysés par leurs dettes et sans le sou pour acheter les semences de l'année suivante, puisque les plantes OGM - dotés d'une technologie révolutionnaire affectueusement nommée "Terminator" - sont calculées pour que les grains ne puissent pas se replanter... D'où de nouvelles dettes. Etc.

Disparition des variétés traditionnelles
"Certains des fermiers qui se sont suicidés avaient réalisé jusqu'à cinquante pulvérisations d'herbicide et de pesticide sur leurs champs de coton, mais cela n'a pas empêché leur récolte de dépérir", affirme le professeur Nanjundaswamy, fondateur du Mouvement pour la Défense des Fermiers du Karnataka (Karnataka Rajya Ryota Sangha - KRRS). Autre conséquence, l'utilisation de ce coton génétiquement modifié aurait "éliminé par pollinisation nombre de nos plantes indigènes qui possédaient par exemple des qualités de résistance à la sécheresse et à certains parasites propres à l'Inde, résistance que n'ont pas les plantes hybrides" affirme le même spécialiste. Pour les défenseurs des OGM, les vraies raisons de cette catastrophe sont la pauvreté rurale, l’alcoolisme, les sécheresses et le "désespoir agraire".
En 2006, le ministère indien de l'agriculture déclarait que la moitié des foyers paysans étaient endettés. Selon les ONG, le taux de suicide parmi les fermiers pauvres atteint actuellement des records. 150 000 d'entre eux se seraient donnés la mort depuis 1993. Entre 60% et 75% de la population indienne (contre 10% pour la France et 2% pour les États-Unis), qui compte plus d'un milliard d'habitants, vit de l'agriculture, qui représente un quart du Produit intérieur brut indien.

-------------------------------------

Inde : Suicide collectif de 1 500 paysans
Les OGM en question...
Inde suicide collectif 1 500 paysans ogm coton bt monsanto 4131
Source 17 avril 2009 12:11, Les mots ont un sens, par Napakatbra

http://www.lesmotsontunsens.com/inde-suicide-collectif-1-500-paysans-ogm...

Suicides de paysans indiens dus aux cotons Bt OGM de Monsanto. Suicides paysans indiens cotons Bt OGM Monsanto. Inde : Suicide collectif de 1 500 paysans - Les OGM en question... - LMOUS

Ces dernières semaines, 1500 fermiers se sont suicidés collectivement en Inde, dans la province de Chattisgarh. Un phénomène récurrent, puisque les chiffres officiels font état de 1000 suicides mensuels... depuis plus de quinze ans. En cause, l’endettement des paysans lié à l’achat de semences OGM miraculeuses... qui se révèlent catastrophiques. Coton Bt Monsanto : Suicides de paysans en Inde

Depuis le milieu des années 80, l’Inde a accepté d’ouvrir totalement son marché en contrepartie de l’aide du Fonds Monétaire International. Une révolution économique s’en suivit, qui en fit un terrain d’expérimentation mondial en matière agricole. Depuis lors, les paysans sont livrés aux promesses des vendeurs de semences magiques : les rendements devaient être exceptionnels, et les insectes et parasites rangés dans les tiroirs de l’histoire. Les variétés traditionnelles ont même été interdites dans de nombreuses banques de semences gouvernementales. Mais pour toucher le Graal, il fallait débourser 10 fois plus pour la même quantité de semences. Le prix de la gloire. Et les paysans se sont massivement endettés.

What a wonderfull world (Company)...
Sauf que les semences OGM de coton Bt (de Monsanto, faut-il le préciser) sont tombées malades, infestées par le vers (vorace) de la capsule. Les semenciers avaient juste oublié de préciser que les plantes n’étaient pas résistantes aux maladies locales et qu’il fallait donc épandre des tonnes de pesticides en plus. Ils avaient aussi omis d’indiquer que les variétés en question buvaient deux plus d’eau et dégradaient les sols à grande vitesse. Du coup, les sécheresses ont été amplifiées et les rendements réduits à peau de chagrin. Les paysans se retrouvent à sec, paralysés par leurs dettes et sans le sou pour acheter les semences de l’année suivante, puisque les plantes OGM - dotés d’une technologie révolutionnaire affectueusement nommée "Terminator" - sont calculées pour que les grains ne puissent pas se replanter... D’où de nouvelles dettes. Etc.

Suicide et coton OGM en Inde. VIDÉO:

http://www.youtube.com/watch?v=s4Ko-tmDHiU

Disparition des variétés traditionnelles
"Certains des fermiers qui se sont suicidés avaient réalisé jusqu’à cinquante pulvérisations d’herbicide et de pesticide sur leurs champs de coton, mais cela n’a pas empêché leur récolte de dépérir", affirme le professeur Nanjundaswamy, fondateur du Mouvement pour la Défense des Fermiers du Karnataka (Karnataka Rajya Ryota Sangha - KRRS). Autre conséquence, l’utilisation de ce coton génétiquement modifié aurait "éliminé par pollinisation nombre de nos plantes indigènes qui possédaient par exemple des qualités de résistance à la sécheresse et à certains parasites propres à l’Inde, résistance que n’ont pas les plantes hybrides" affirme le même spécialiste. Pour les défenseurs des OGM, les vraies raisons de cette catastrophe sont la pauvreté rurale, l’alcoolisme, les sécheresses et le "désespoir agraire".

En 2006, le ministère indien de l’agriculture déclarait que la moitié des foyers paysans étaient endettés. Selon les ONG, le taux de suicide parmi les fermiers pauvres atteint actuellement des records. 150 000 d’entre eux se seraient donnés la mort depuis 1993. Entre 60% et 75% de la population indienne (contre 10% pour la France et 2% pour les États-Unis), qui compte plus d’un milliard d’habitants, vit de l’agriculture, qui représente un quart du Produit intérieur brut indien.

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.