Prohibition des drogues: un bilan catastrophique - Le vrai problème c’est la prohibition.

Forums: 

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2010/09/14/drogues-la-guerre-perdu...

14 septembre 2010
Drogues: la guerre perdue de la prohibition
Le débat dérangeant sur la légalisation des drogues, en particulier des drogues dures et leur mise à égalité juridique avec l’alcool, vient de franchir un pas. Celui de 15 minutes d’antenne dans une émission de débat à la télévision.

Sur son blog, Dominique Jordan a déjà alimenté ce débat et s’est fait l’écho des thèses de l’économiste libéral Milton Friedman, pour qui la prohibition est non seulement inefficace mais coûte cher.

En France les débats sur une quelconque forme de drogue sont en principe interdits. On sait que ce pays n’a rien à envier à l’ex-Union Soviétique. Il faut taire ce que le pouvoir central juge inopportun, que ce pouvoir soit de gauche ou de droite. Le soviétisme n’a pas de vraie couleur politique. On se souvient de Tchernobyl, où comme par magie le nuage radioactif était supposé contourner les frontières de l’hexagone. La rigidité française est d’autant plus amusante qu’au temps de l’Indochine les autorités avaient la maîtrise de la production d’opium et que celui-ci était paraît-il d’excellente qualité!

Prohibition des drogues: un bilan catastrophique

Le magazine Books de septembre fait de ce débat un dossier entier. Les arguments en faveur d’une légalisation sont en partie les mêmes que ceux de Milton Friedman, en ajoutant aux critères économique des critères sociaux

«Quels sont-ils?? Le principal résume tous les autres : le coût économique, social et politique de la prohibition dépasse de très loin les bénéfices qu’elle est censée apporter. Malgré l’intensité de la « guerre anti-drogues » menée par les États-Unis sur leur territoire et ailleurs dans le monde depuis des décennies, la consommation dans ce pays n’a pas diminué?; elle s’est « démocratisée », au contraire, les prix ayant baissé. Un demi-million de personnes sont entassées dans les prisons américaines pour n’avoir souvent fait que consommer une substance illicite. Quand ils en sortent, ils vivent en marge de la société. Les cartels de la drogue n’ont jamais été aussi puissants, faisant trembler sur leurs bases les fragiles démocraties latino-américaines. Au Mexique, les têtes coupées roulent sur l’asphalte. Partout, la corruption vérole les polices, les tribunaux et jusqu’aux plus hautes sphères des États.

Il n’est pas bien difficile de comprendre que la prohibition actuelle reproduit l’erreur de celle de l’alcool dans les années 1920, avec des effets décuplés sur le crime local et international, la santé publique et la cohésion sociale. Si l’on ajoute à ce tableau la question de l’Afghanistan, où l’armée américaine et les talibans se disputent de facto le contrôle de l’épicentre de la production de l’héroïne mondiale, on voit aussi que la prohibition contribue à compromettre la paix dans le monde.»

Au Mexique, 28‘000 morts en quatre ans directement liés à la guerre des cartels de la drogue. 500‘000 citoyens américains en prison pour avoir consommé, citoyens qui deviennent des humains déclassés à la sortie de prison. Un coût sanitaire de produits non contrôlés exorbitant. Des Etats qui perdent des sommes astronomiques dans la prohibition sans aucun succès. Le bilan global de la prohibition est catastrophique.

Le vrai problème c’est la prohibition

Les réactions vis-à-vis de la drogue sont généralement très émotionnelles et irrationnelles. Certains commentaires qui fleurissent sous ces débats accusent clairement les promoteurs de la légalisation de pousser les jeunes à la mort et d’être des criminels. Fort bien. C’est louable de prendre la défense de la jeunesse et de la santé publique. Mais que font ceux qui écrivent cela? Militent-ils dans des associations anti-drogue? Ont-ils la moindre efficacité dans un combat qui est perdu depuis des décennies? Non. Il y a toujours plus de consommateurs, de petits délinquants qui veulent se payer des doses hors de prix et coupées avec de la cochonnerie, de dealers qui meurent à 20 ans, des cadavres, de la corruption, des millionnaires criminels qui font la loi, des populations terrorisées, bref: le tableau de la prohibition est un désastre. Et ce désastre est en route depuis la deuxième guerre mondiale puisqu’avant il n’y avait pas de prohibition et que l’usage des substances psychotropes ne posait pas les problèmes que nous connaissons aujourd’hui.

C’est depuis la prohibition que les drogues sont devenues un problème sanitaire majeur en occident.

On peut souhaiter l’éradication de la drogue dans la société. Donc de l’alcool aussi? Et des drogues médicamenteuse dures aussi? Ah non, la morphine pharmacologique est médicale. Elle sert au mieux-être des malades. Et si la drogue illégale servait aussi au mieux-être de ceux qui la prennent? Comme l’alcool? Comme la clope? Comme le sucre en excès qui rend euphorique avant de déprimer? On peut aussi changer la société: moins de stress, de course à l’argent, de divorces, d’isolement, et il y aura peut-être moins besoin de s’évader dans ces substances. Yaka s’y mettre!

Une légalisation? On en est très loin! Pourtant un pays l’a fait depuis 10 ans. Je cite à nouveau Books:

«Bien peu de Français savent qu’un tel pays existe. Il est proche de nous. C’est le Portugal, qui a décriminalisé l’usage de toutes les drogues en 2001. Ce pays a désormais près de dix ans de recul pour juger de l’intérêt de cette mesure. Or le bilan est clairement positif. La consommation de drogues y est désormais l’une des plus faibles d’Europe et se fait dans des conditions sanitaires et psychologiques optimisées.»

Le résultat est bien plus positif que la prohibition.

Prohibition qui est devenue un problème majeur et un échec retentissant, qu’aucune idéologie ou raison sanitaire ne peut plus justifier quand on voit les dégâts grandissants qu’elle engendre. Continuer sur cette voie, c’est encourager le crime organisé, la délinquance et l’aggravation de la situation sanitaire des utilisateurs.

Ou alors, soyons clairs et déterminés: il faut éliminer tous les utilisateurs de drogues: il n’y aura plus de problème! On a bien commencé avec ces fumeurs de calumets que sont les amérindiens, continuons.

Et les buveurs d’alcool, substance que tous les spécialistes classent dans les drogues dures? On en fait quoi?

Plus sérieusement, oser repenser la prohibition devrait ressortir du plus élémentaire pragmatisme.

14:46 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (4) | Trackbacks (0) | Envoyer cette note | Tags : drogue, cannabis, opium, cocaïne, alcool, médicaments, prohibition, mexique, guerre des cartels, légalisation, france, books

-----------------------------

http://www.booksmag.fr/magazine/g/presentation-pourquoi-98-des-francais-...

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.