Du Stock en beauce...

Forums: 

------------------------------------------
Zappiste: L'alcool est une drogue (légale) et peut occasionner une overdose non mortelle.
Woodstock en Beauce c'est l'endroit idéal pour des jeunes qui n'ont pas l'age légal, d'abuser de l'alcool.

http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/justice-et-faits-divers/2...

Ian Bussières
Le Soleil

(Saint-Éphrem) Ironiquement, pendant que la SQ ciblait samedi les drogues «légales» d'Échologik, Le Soleil constatait que comme dans tous les grands rassemblements, les drogues illégales sont présentes à Woodstock en Beauce. Ce qu'il y a cependant d'un peu plus étonnant, c'est que certains revendeurs s'affichent ouvertement sans être inquiétés par quiconque.

«Hasch! Ecstasy! Mush! Buvard!» crient quatre types installés sous un grand chapiteau près d'une des artères les plus passantes du festival beauceron.

Après vérification, les individus demandent 10$ pour une capsule d'amphétamines (speed), autant pour un gramme de psilocybine (champignons magiques) ou pour un buvard (papier imbibé d'une substance psychoactive), 15$ pour un gramme de haschisch et 40$ pour un demi-gramme de cocaïne.

Dans la moyenne

Selon certains consommateurs, ces prix seraient dans la moyenne, sauf pour les amphétamines. «Dix dollars pour une "pinotte", c'est un peu cher!» confie Cédric (nom fictif).

Le jeune adulte avait déniché un autre vendeur qui lui avait refilé une capsule d'amphétamine pour 5$ et un demi-gramme de cocaïne pour 40$. «Cependant, la cocaïne n'était pas de très bonne qualité», ajoute-t-il.

Patrick, de Sainte-Marie de Beauce, signale pour sa part que le prix des drogues illégales sur le site de Woodstock en Beauce fluctue à mesure que le festival s'achève. «Certains essaient de vendre plus cher au début, comme par exemple 10$ pour du speed ou 15$ pour de l'ecstasy, mais on les envoie promener», explique-t-il.

«Pour le buvard, ici, c'est de 15$ à 20$, alors qu'ailleurs, c'est plutôt 5$ ou 10$», signale le Beauceron en précisant que les prix sont à la baisse le samedi soir et le dimanche. «On peut en avoir pour 2$ ou 3$, les gars veulent écouler leur stock avant de quitter le site!»

Pas pire qu'ailleurs

La porte-parole de Woodstock en Beauce, Dominique Thomas, estime quant à elle que le phénomène des drogues illégales n'est pas pire dans son festival que dans les autres grands événements. «Il n'y a pas plus de drogue ici qu'à la Saint-Jean à Québec ou au Festival d'été!» lance-t-elle.

«Si quelqu'un vend de la drogue, on va l'aviser qu'il n'a pas le droit, mais ce n'est pas vraiment notre job! On ne peut pas commencer à fouiller toutes les tentes comme les policiers ne peuvent fouiller toutes les maisons!» poursuit-elle.

--------------------------------
Zappiste: C'est qui le roi des cons à la SQ ?
Pour les bouffons colonnisés il faut toujours un roi même pour la patate...
Un produit est légal ou non et pas dit légal.

http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/justice-et-faits-divers/2...

Publié le 04 juillet 2010 à 05h00 | Mis à jour le 04 juillet 2010 à 15h09

La SQ frappe le roi du cannabis «légal»

Ian Bussières
Le Soleil

(Saint-Éphrem) La Sûreté du Québec (SQ) a frappé samedi le kiosque de la boutique Échologik, spécialisée dans la vente de substituts dits «légaux» du cannabis et de matériel pour la culture hydroponique, au festival Woodstock en Beauce, procédant à la saisie de produits et à l'arrestation de quatre personnes liées à l'entreprise qui a pignon sur rue à l'intersection des rues Saint-Jean et Saint-Augustin, à Québec.

À partir de 17h45 hier, une camionnette blanche de la SQ a été installée durant de longues heures face au kiosque de la boutique au festival beauceron. Il s'agit de la première opération policière contre ce commerce qui a fait sa renommée en étant l'un des seuls au Québec à vendre le fameux Spice, un substitut de la marijuana légal au Canada, mais interdit aux États-Unis et dans plusieurs pays d'Europe à la suite de la découverte des canabinoïdes synthétiques JWH-018 et CP 47,497 parmi ses ingrédients actifs.

Les membres du service de sécurité de Woodstock en Beauce assistaient la police dans son opération et invitaient les passants à circuler alors que plusieurs applaudissaient les agents de la paix en signe de dérision.

Le lieutenant Marco Harrison, du poste de commandement temporaire de la SQ à Saint-Éphrem, a confié au Soleil que c'était une plainte du public qui avait amené la police à intervenir. «Nous avons des motifs de croire qu'il se faisait là du trafic de drogue et de stupéfiants», a-t-il déclaré alors que son équipe continuait de faire l'inventaire du matériel saisi.

Affiches controversées

Selon certaines sources, des affiches controversées identifiant les substituts légaux de stupéfiants par les noms des drogues illégales qu'ils remplacent et dont ils imitent les effets, comme la marijuana, le speed et le LSD, auraient mis le feu aux poudres.

Vendredi, lors d'une visite du journaliste au kiosque d'Échologik, le propriétaire du commerce, l'homme d'affaires Jean-Philippe Lapierre, considéré comme le tsar du cannabis légal, avait expliqué que c'était pour choquer et attirer l'attention qu'il avait utilisé cette forme d'affichage particulière.

«C'est un peu pour choquer le monde, car moi, je propose des alternatives légales à ces drogues illégales. Je ne suis pas en compétition avec les revendeurs, car ma clientèle a une tête sur les épaules et ne veut pas être prise avec des trucs illégaux», avait-il expliqué, ajoutant que les festivaliers de Woodstock en Beauce étaient davantage portés sur les produits illégaux.

«Mes produits sont moins populaires ici qu'en boutique, car il y en a beaucoup ici qui préfèrent la marijuana. Ce sont surtout des gens qui veulent essayer. Si j'ai un visiteur sur deux qui fait l'essai en fin de semaine, je serai content», avait-il ajouté.

Arrestations et saisies

La SQ ne semblait pas voir les choses du même oeil. «Nous avons arrêté quatre personnes liées au kiosque et nous les interrogeons présentement», a déclaré le lieutenant Harrison sans identifier les personnes arrêtées et sans préciser si Jean-Philippe Lapierre en faisait partie.

«Nous avons aussi saisi certains items, qui seront soumis à une analyse afin de voir de quoi il s'agit exactement», poursuit-il, ajoutant que c'était la seule saisie majeure liée au trafic de stupéfiants à Woodstock en Beauce cette année.

«Les autres sont des cas de possession simple interceptés dans nos barrages policiers.»

Un peu dépassé par les événements, l'organisateur en chef de Woodstock en Beauce, André Gagné, a dit avoir été avisé en après-midi des intentions de la SQ. «Ils m'ont appelé pour me demander la permission de faire une opération dans le kiosque d'Échologik, car il s'y vendrait des choses illégales. Moi, je n'ai aucun problème avec cette descente, car ça montre que c'est tolérance zéro pour la drogue et que la sécurité du monde, c'est important. C'est un festival de musique, ici!» M. Gagné a également tenu à préciser que, selon lui, la drogue se faisait moins présente depuis quelques années à Woodstock en Beauce. «De la drogue, il y en a dans tous les festivals, mais chez nous, la clientèle a vieilli et on voit de plus en plus de familles avec des poussettes. C'est beaucoup moins pire que ça a déjà été», assure-t-il.

------------------------------------------

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.