Le juge M. Nolin: « La grande majorité d'entre eux devra se tourner vers le marché noir».

Forums: 

http://www.journalmetro.com/plus/article/542854--le-senateur-nolin-reagi...

Les partisans de la décriminalisation dénoncent les descentes aux Clubs Compassion

PETER RAKOBOWCHUK

04 juin 2010 21:11

MONTRÉAL - Les policiers ont fait un cadeau à la mafia et aux gangs de rues en effectuant des arrestations dans les Clubs Compassion, estiment les partisans de la décrimininalisation de la marijuana.

Trente-cinq personnes ont été arrêtées, 90 kilogrammes de cannabis ont été saisis et environ 40 000$ ont été confisqués lors des descentes menées jeudi dans quatre établissements de Montréal et un de Québec.

Le sénateur Pierre-Claude Nolin est l'un de ceux qui croient que les utilisateurs de la marijuana à des fins thérapeutiques pourraient se voir contraints de s'approvisionner auprès des groupes criminels au lieu de le faire auprès de commerces légaux.

«C'est la conséquence la plus désastreuse de cette opération, juge M. Nolin. La grande majorité d'entre eux devra se tourner vers le marché noir». Et la marijuana qu'on y trouve n'est pas exactement de la même qualité que celle vendue par les Clubs Compassion, qui eux, «tentent d'avoir accès à du cannabis organique», fait-il remarquer.

M. Nolin a siégé en 2002 au sein d'un comité sénatorial qui a recommandé de décriminaliser l'usage de la marijuana pour les citoyens âgés de plus de 16 ans. Il ne condamne pas l'intervention policière. «Si les policiers reçoivent une plainte, ils n'ont pas le choix d'intervenir. C'est leur travail», a-t-il affirmé, notant au passage qu'une situation similaire a déjà eu lieu à Victoria, en Colombie-Britannique. Après le passage des policiers, la Cour avait décidé de laisser tomber les accusations.

Le fondateur du parti politique québécois Bloc Pot, Marc-Boris Saint-Maurice, fait partie de ceux qui ont été arrêtés lors de l'opération de jeudi. Tout comme M. Nolin, il est d'avis que les gens qui cherchent de la marijuana pour des raisons thérapeutiques arriveront à en dénicher malgré tout.

Mais M. Saint-Maurice, qui gère le Club Compassion du centre-ville de Montréal, estime qu'une personne malade ou souffrante «n'a pas besoin de subir un stress additionnel, comme celui de se demander si elle ne se fera pas exploiter lors de la transaction ou de se faire arrêter pendant le processus.»

Au Ministère fédéral de la Justice, on refuse de commenter le dossier. Toutes les questions ont été transmises à Santé Canada.

Environ 1500 personnes s'approvisionnent au Club Compassion de M. St-Maurice. Au Québec, les statistiques compilées par Santé Canada en juin 2009 fixent à 305 le nombre de personnes ayant l'autorisation officielle de posséder de la marijuana séchée à des fins médicales. Au Canada, ils sont un peu plus de 4000 personnes à pouvoir le faire. Cependant, Pierre-Claude Nolin rappelle que des recherches ont démontré que près d'un million de Canadiens disent fumer de la marijuana à des fins thérapeutiques.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.