Manif contre la peine de mort pour les trafiquants de drogues: la Malaisie tremble...

Forums: 

http://blogs.lesinrocks.com/droguesnews/index.php/non-classe/manif-contr...

4 mars 2010

Manif contre la peine de mort pour les trafiquants de drogues: la Malaisie tremble (1/2)

L’anti-prohibitionnisme, c’est comme l’olympisme: l’important c’est de participer. Ils étaient donc pas moins de 6 (et un chien) à s’être mobilisé ce jeudi pour manifester devant l’ambassade de Malaisie à Paris, afin de dénoncer la peine de mort appliquée dans ce pays aux trafiquants de drogues:

« En Malaisie, les gens consommant ou disposant de petites quantités de drogues, y compris du cannabis, sont condamnés à mort. Ces peines sont obligatoires : les juges ne peuvent invoquer aucune circonstance atténuante. En outre, la charge de la preuve est inversée, de telle sorte, que l’individu est présumé coupable tant qu’il ne prouve pas le contraire. »

Bon évidemment, dénoncer le régime de Kuala Lumpur, il y a plus porteur. Alors pourquoi en faire un article me direz-vous? Parce qu’aux Inrocks, et sur Drogues News, nous aimons les causes désespérées. Et surtout les causes internationalement désespérées, puisque l’ONG antiprohibitionniste européenne Encod appelait à manifester devant les représentations de la Malaisie à Londres, New York, Los Angeles et… Katmandou!

« Je fais ma pause déjeuner »

Je me suis donc rendu à 13h00 à l’adresse indiquée, dans le XVIe arrondissement de Paris. Personne. Etant le seul manifestant potentiel devant l’ambassade, un CRS fort courtois me demande ce que je fais ici: « Euh, je suis journaliste, j’attends les manifestants. » « Nous aussi! Vous savez s’ils vont venir? » « Non, vous non plus? »

13h15, arrivée du gros de la troupe: six manifestants venus de Clermont, de Toulouse ou de Châlons. Et un chien. « Les autres arrivent? » « Non, on est tous là! » Peu importe, le moral est bon. Sous le regard amusé des policiers, dépliage méthodique d’une grande banderole: « Les lois sur les drogues sont plus dangereuses que les drogues elles-mêmes. » Derrière les fenêtres fermées de l’ambassade, c’est toute la Malaisie que l’on sent trembler sur ses bases. Mais au fait pourquoi avoir choisi la Malaisie?

« C’est un des 21 pays qui appliquent la peine de mort pour les trafiquants de drogues, m’explique Farid Ghehioueche, tête de liste Cannabis sans frontière aux Européennes et organisateur de la manifestation. On aurait pu plus mobiliser sur la Chine, mais la Malaisie c’est un pays sur lequel on ne se focalise pas généralement, il est considéré comme plus « civilisé ». On n’est pas là pour dénoncer un régime barbare mais pour dire que pour s’attaquer au problème des drogues, il y a d’autres moyens que la peine de mort. C’est un crime contre l’humanité. Mais le problème, c’est que dès qu’on parle de drogues on n’est plus pris au sérieux. »

Une journaliste arrive. Est-on au bord de l’événement médiatique? « Ah non, moi je fais juste ma pause déjeuner. » Pas grave, le moral reste bon, même si les rares passants ne se passionnent pas pour ce happening un peu incongru vu le quartier.

Plein de bonne volonté, les policiers, plus nombreux que les manifestants, proposent de faire le go-between pour qu’une délégation soit reçue par l’ambassadeur. Refus de ce dernier, qui refuse même de prendre la lettre ouverte que les manifestants ont rédigée à son intention. La police tente de consoler les manifestants: « Ils savent que vous êtes là, le message est passé. » Et leur suggère d’envoyer leur lettre par la Poste. La motion de la police est adoptée à l’unanimité.

Côté ambassade, on manque également de troupes. On apprend ainsi au téléphone que l’ambassadeur a quitté ses fonctions, qu’il n’a pas encore été remplacé et que la personne qui s’occupe des relations avec la presse est en vacances. Pas de déclaration donc à propos de cette manifestation monstre, « mais vous pouvez toujours nous envoyer un mail ».

Trente minutes, une trentaine de tracts et trois slogans plus tard, tout ce petit monde remballe. Rendez-vous est donné place de la Bastille à 17h00 pour la deuxième partie de la micro-manif. Je vous tiendrai informé…

A lire aussi: Manifestation contre la peine de mort pour les trafiquants de drogues: la Malaisie tremble (2/2)

4 mars 2010

Manif contre la peine de mort pour les trafiquants de drogues: la Malaisie tremble (2/2)

Malin comme un singe et pour ne pas me faire avoir comme ce midi, je me suis rendu avec 20 minutes de retard place de la Bastille pour la deuxième partie de la manifestation monstre contre la peine de mort appliquée aux trafiquants de drogues en Malaisie. Personne à nouveau. Je décide donc d’aller faire une course en espérant que les condamnés à mort ne m’en voudront pas trop.

En chemin, je croise Farid Ghehioueche, l’organisateur, seul avec ses tracts et ses trêteaux: « On a eu un bug, la banderole arrivera plus tard… » Sans attendre les renforts, Farid rejoint deux de ses camarades déjà sur place et se lance, mégaphone en main. (Voir la vidéo)

La banderole est arrivée, les renforts avec. Notre petite troupe compte désormais sept soldats, soit un de plus que ce matin. Et toujours un chien! Tous les espoirs sont permis. Un acteur à la retraite (800 euros par mois apprend-on incidemment) apporte son soutien à la cause plus générale de l’antiprohibitionnisme avec un argument peu banal:

« Le cannabis ça doit être légalisé. C’est pas plus dangereux que le sel, et pourtant le sel, c’est légal. On est vraiment gouverné par des cons… »

Il emporte un franc succès et repart avec une affiche. Pour le reste, c’est l’indifférence qui prédomine largement sur la place. Trois jeunes apportent tout de même leur soutien et se mettent spontanément à distribuer des tracts: « C’est vachement important ce que vous faites… »

Ultime renfort à 17h40, les policiers déjà présents à la micro-manif de ce midi font leur apparition, toujours aussi amusés. Il est 18h00, il fait froid. Je rentre au journal !

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.