France Éducation - OCDE: L’égalité des chances et l’école républicaine dont on se gargarise sont un mensonge colossal

Forums: 

http://www.leparisien.fr/societe/education-l-ocde-met-la-france-en-garde...

Education : l’OCDE met la France en garde
Claudine Proust | Publié le 12.09.2011, 16h23 | Mise à jour : 13.09.2011, 11h11

Peut mieux faire. La France ne sort décidément pas grandie des études successives de l’OCDE, qui sonde régulièrement les performances scolaires des élèves de 15 ans (par les fameux tests Pisa) et compare à travers une panoplie d’indicateurs l’état des systèmes éducatifs de ses pays membres. Le constat que dresse la dernière livraison annuelle de l’Etat de l’éducation, en 500 pages d’indicateurs comparatifs (niveau de formation des adultes, taux d’obtention d’un diplôme du secondaire, taux de scolarisation, montant des dépenses publiques d’éducation), dévoilé ce mardi matin dans le monde entier à 11 heures est loin d’être excellent

Un -petit- satisfecit. La France a rattrapé son retard côté adultes, puisque’elle compte désormais 84 % de 25-34 ans titulaires d’un diplôme du secondaire, CAP BEP ou Bac, quand la moyenne de l’OCDE se situe à 81 %. A peine plus de la moitié des 55- 64 ans ont un tel diplôme en poche.

Un taux de scolarisation des jeunes en berne. En revanche, depuis 1995, le pays n’a pas amélioré le taux de scolarisation des 15-19 ans. Alors que dans la quasi totalité des pays de l’OCDE, cette tranche d’âge est de plus en plus scolarisée, en France on est passé de 89 à 84 %. «13 % de jeunes hors du système scolaire secondaire, soit quelque 130 000 par an» c’est une «constante macabre» qui n’est pas encourageante pour la compétitivité de notre pays, observe le directeur pour l’éducation à l’OCDE Bernard Hugonnier. L’étude de l’OCDE démontre en effet qu’un diplôme?du secondaire reste une clef fondamentale pour décrocher un emploi. Le taux de chômage des moins de 25 ans sans diplôme atteint les 30 % en France.

Pas assez d’argent pour le primaire... S’il l’on veut que les jeunes ne quittent ou n’abandonnent pas l’école avant d’avoir décroché un diplôme, fuyant la spirale de l’échec qu’ils doivent y affronter, il faut «mettre le paquet dès le cours préparatoire» prévient Bernard Hugonnier.L’enquête Pisa l’esquissait déjà: c’est dès les premières années, même dès la maternelle, qu’on lutte contre l’échec scolaire. L’OCDE enfonce le clou : non seulement la France investit moins (la part de l’éducation dans les budgets publics est passée de 11,5 % à 10,6 % entre 1995 et 2008), mais elle le fait de façon déséquilibrée. Trop d’argent dans le secondaire (12 % de plus par élève que la moyenne de l’OCDE) et pas assez dans le primaire (14 % de moins que la moyenne).

... ni pour s’offrir le meilleur des professeurs. Les pays qui ont amélioré leur système éducatif sont ceux qui ont fait le choix d’investir dans leurs profs. Or entre 1995 et 2009, le salaire statutaire des enseignants (hors heures supplémentaires et primes) qui ont 10 ou 15 ans de métier a diminué en France. Le salaire moyen des profs du primaire et du secondaire (sauf en toute fin de carrière) y est inférieur à la moyenne des pays de l’OCDE. «Cela interroge sur l’attractivité du métier» observe Eric Charbonnier, analyste à l’OCDE. L’examen comparé des indicateurs de tous les pays montrent en outre que les pays ont décidé d’améliorer leur système éducatif en investissant plus dans le recrutement des enseignants (leur qualité) ont de meilleurs résultats.

La France championne de l’inéquité. Les mots du directeur de l’éducation à l’OCDE sont particulièrement durs sur ce point. «L’égalité des chances et l’école républicaine dont on se gargarise sont un mensonge colossal. Il faut que la France se réveille et prenne ce problème à bras le corps», car elle se trouve pour le coup championne de l’inéquité scolaire, arrivant en 33e position sur 34 pays ! Soit bonne avant dernière pour «offrir» une chance par l’école aux enfants de milieux socioéconomique défavorisés et/ou issus de l’immigration. «Il n’y a qu’un seul pays où l’influence du milieu familial est plus importante que la France : la Nouvelle Zélande». Système scolaire élitiste oblige : un enfant d’immigré de première génération en France a toutes les chances....de subir un retard scolaire d’un an et demi par rapport à ses camarades.

LeParisien.fr

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.