Anvers (et contre tous): des commerçants se groupent pour se faire justice eux-même.

Forums: 

Zappiste: ce qui les dérangent ce n'est pas la vente de produits illicites mais la perte de revenus.

http://www.rtbf.be/info/societe/detail_anvers-des-commercants-se-groupen...

Mis à jour le vendredi 12 août 2011 à 15h28
Anvers: des commerçants se groupent pour faire régner l'ordre

Les habitants du quartier du Seefhoek à Anvers en ont marre. Ils se disent excédés par les nuisances provoquées par des dealers. Les riverains et principalement les commerçants ont décidé de passer à l'action.
Ces derniers jours, ils ont eux-mêmes interpellé les revendeurs de drogue dans la rue, une confrontation qui a tourné en bagarre générale à plusieurs reprises cette semaine.

Le quartier du Seefhoek se trouve dans la partie nord d'Anvers. Les dealers y sont bien visibles. Les commerçants parlent de sachets de drogue parfois cachés dans les étals de légumes pour rendre les transactions plus discrètes.

Les premières échauffourées ont commencé lundi et se sont poursuivies, notamment, mercredi.

Quatre personnes ont été blessées. Pas grièvement mais ce qui interpelle c'est la volonté de se faire justice soi-même. Un des commerçants qui préfère rester anonyme : "Les commerçants ont décidé de prendre des initiatives. La police ne fait rien alors nous sortons nous-mêmes dans la rue et évidemment ça fini en bagarre. Pourquoi font-ils ça devant notre porte? Ca fait fuir les clients."

Pourtant la police a déjà mis en place une politique de tolérance zéro à l'encontre des dealers. Mais policiers comme riverains le constatent: la plupart des dealers sont mineurs. Ils sont arrêtés et reviennent très vite à leur poste.

Autre constat : les trafiquants recrutent massivement parmi les personnes en situation illégale qui y trouvent une source de revenus. Et là, très clairement, à chaque arrestation d'autres sont prêts à prendre la relève.

Justice citoyenne

Guy Lauwers, le bourgmestre suppléant d'Anvers réagit : "A court terme, on va développer la présence policière dans ce quartier. Nous devons aussi réfléchir à d'autres mesures plus structurelles et ce week-end on aura un debriefing avec le bourgmestre. On verra aussi quelles mesures peuvent être envisagées avec le parquet."

Une vingtaine de commerçants ont décidé d'organiser des groupes de vigilance, dérapages possibles vers des actes de vengeance et de nouveaux conflits.

Des commerçants vont collaborer avec la police

Les autorités de la ville rappellent que les citoyens n'ont pas la justice entre leurs mains.

La police locale et les commerçants du Seefhoek se sont mis d'accord jeudi pour collaborer au sein d'un Réseau d'Information de Quartier (RIQ). La police a demandé aux commerçants de ne pas monter leur propre milice comme ceux-ci le souhaitaient dans un premier temps mais plutôt de collaborer avec les forces de l'ordre.

Des réseaux d'information de quartier ont déjà été mis en place notamment à la Sint-Jansplein. Les commerçants pourront désormais rapidement et anonymement partager des informations entre eux et avec la police en cas d'incidents.

Mathieu Van Winckel et Belga

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.