"Ils sont tous défoncés"

Les flics de la Nouvelle-Orléans sont à la poursuite d'une bande effrontée de trafiquants de stupéfiants qui ont fait irruption dans la salle des preuves

"Ils sont tous défoncés" : la police de Louisiane affirme que des rats mangent de la marijuana dans la salle des preuves

Le surintendant de la Nouvelle-Orléans informe le comité du conseil que des rongeurs ont infesté le bâtiment et demande le déplacement du siège social

Richard Luscombe
@richlusc
mar. 12 mars 2024, 06h00 HAE

Partager

Les flics de la Nouvelle-Orléans sont à la poursuite d'une bande effrontée de trafiquants de stupéfiants qui ont fait irruption dans la salle des preuves du quartier général de la police et ont pillé tout le pot : un essaim de rongeurs avides de grande vie.

« Les rats mangent notre marijuana. Ils sont tous défoncés », a déclaré Anne Kirkpatrick, surintendante du service de police de la ville, lors d'une réunion du comité du conseil lundi.

Animal pelucheux brun sur un rocher

Le Colorado pourrait ramener les carcajous dans le cadre d'un effort de réensauvagement sans précédentColorado could bring back wolverines in an unprecedented rewilding effort
En savoir plusRead more

Le fait que le chef ait dénoncé les principaux suspects faisait partie de son argumentaire auprès des conseillers pour financer le déménagement de ses agents dans de nouveaux locaux dans le centre-ville de Big Easy, selon Nola.com .

Elle a déclaré au comité de justice pénale de la ville que le bâtiment décrépit de justice pénale du centre-ville dans lequel se trouve actuellement le service de police, qui a été construit en 1968, n'est plus adapté à cette tâche.

En plus des rats, qui, selon elle, laissent des excréments partout sur les bureaux, il y a une infestation de cafards, ainsi que d'innombrables problèmes d'entretien, notamment des ascenseurs cassés, une plomberie qui ne fonctionne pas et un système de climatisation qui s'est effondré l'été dernier et qui a été réparé. facture supérieure à 6 millions de dollars.

« Ce n’est pas seulement au commissariat de police. Ce sont tous les quartiers. La malpropreté est hors du commun », a déclaré Kirkpatrick aux conseillers. « L'équipe de nettoyage mérite une récompense, car elle essaie de nettoyer ce qui est imputable. »

Les rats pénétrant par effraction dans la salle des preuves et reniflant la marijuana étaient particulièrement problématiques, a-t-elle expliqué, en raison de son potentiel d'impact sur les affaires pénales.

Le comité a approuvé une motion qui verrait le ministère prendre un bail de 10 ans sur deux étages d'un immeuble de bureaux du centre-ville s'il passe également un vote plénier du conseil dans les semaines à venir.

Les responsables de la ville reconnaissent que le service de police était une affaire prioritaire et que les autres locataires du bâtiment de justice pénale seraient laissés pour compte, du moins pour le moment.

"Je prévois que la plupart des agences de justice pénale devront être temporairement hébergées pendant que nous nous occupons de ces vieux bâtiments décrépits", a déclaré Gilbert Montaño, le directeur administratif, selon le rapport de Nola.com.

"En ce moment, nous nous adressons à la préfecture de police parce qu'elle est dans une situation désespérée."

ignorer la promotion de la newsletter passée
Inscrivez-vous à First Thing

Newsletter quotidienne gratuite
Notre briefing du matin aux États-Unis détaille les événements clés de la journée, vous expliquant ce qui se passe et pourquoi c'est important.

Enter your email address
Sign up
Avis de confidentialité : les newsletters peuvent contenir des informations sur des organismes de bienfaisance, des publicités en ligne et du contenu financé par des tiers. Pour plus d'informations, consultez notre Politique de confidentialité . Nous utilisons Google reCaptcha pour protéger notre site Web et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.
après la promotion de la newsletter

La semaine dernière, le média a rapporté que le déménagement imminent de centaines d’officiers et de personnel de soutien désolerait encore davantage le complexe vieillissant. Les bâtiments environnants qui abritaient autrefois les prisonniers paroissiaux et les tribunaux municipaux et de la circulation sont désormais inactifs, indique-t-il, les salles d'audience ont été abandonnées après les dommages au toit causés par l'ouragan Ida en 2021.

Les responsables n'ont pas discuté de ce qui arriverait aux essaims de rats du bâtiment principal, qui ne sont pas les premiers rongeurs à manifester un penchant pour la marijuana, ni les premiers à cambrioler les locaux de la police pour s'en procurer.

En 2022, CNN a rapporté le cas de rats dans le nord de l’Inde mangeant plus de 500 kg de cannabis saisi auprès de trafiquants de drogue et stocké dans un entrepôt de la police. "Les rats sont de petits animaux et ils n'ont pas peur de la police", a déclaré un responsable devant un tribunal de l'Uttar Pradesh.

Cet épisode est survenu quatre ans après que le Guardian a rapporté l'histoire de huit policiers argentins qui ont été licenciés parce que les autorités refusaient de croire leur affirmation selon laquelle des souris avaient mangé plus d'une demi-tonne de marijuana qui avait disparu d'un entrepôt des forces de l'ordre stockant des drogues confisquées vers 35 ans. miles au nord-ouest de Buenos Aires.

"Les experts de l'Université de Buenos Aires ont expliqué que les souris ne confondraient pas le médicament avec de la nourriture et que si un grand groupe de souris l'avait mangé, de nombreux cadavres auraient été trouvés dans l'entrepôt", a déclaré un porte-parole du juge à l'audience. le temps.

Ce n’est pas surprenant, mais c’est désormais clair : l’élection de novembre prochain sera Donald Trump contre Joe Biden – encore une fois.

Alors que nous entrons dans l’un des cycles d’information les plus importants de notre vie, je voulais vous demander si vous envisageriez de soutenir le journalisme du Guardian.

Les médias joueront un rôle essentiel dans l’élaboration du résultat de cette élection – et cette fois, les journalistes doivent faire les choses correctement. Il existe deux différences importantes entre le Guardian et de nombreuses organisations de la bulle médiatique américaine :

• Premièrement, nous n'avons pas peur de dire clairement que la démocratie américaine est confrontée à une menace historique unique. Au lieu de se demander qui est en haut et qui est en bas, nos journalistes se concentrent intensément sur les véritables enjeux : le fait que les droits humains fondamentaux, notre démocratie et le sort de la planète sont tous en jeu.

• Deuxièmement, nous sommes parfaitement conscients de la manière dont les médias peuvent être manipulés pour promouvoir des programmes politiques. Notre couverture électorale est, à bien des égards, définie par ce que nous choisissons de ne pas couvrir : les faux scandales fomentés par les chercheurs de l’opposition, les mensonges et la désinformation, et les histoires « il a dit-elle a dit » sans contexte adéquat.

La raison pour laquelle nous sommes différents est simple : nous sommes une agence de presse mondiale indépendante, sans propriétaire ni actionnaire milliardaire à qui plaire. Personne ne nous pousse à amplifier de faux scandales pour des clics, ou à couvrir les élections comme un concours de télé-réalité. Nos journalistes s’engagent à faire preuve de rigueur journalistique, d’exactitude factuelle et de découvrir la vérité. La majorité de notre financement provient de lecteurs comme vous.

Sans démocratie, il ne peut y avoir de presse libre – et sans presse libre, il n’y a pas de démocratie. Vous pouvez contribuer à protéger les deux en soutenant le Guardian alors que nous nous préparons à couvrir cette élection conséquente. C'est rapide et n'importe quel montant est utile. Merci,

Betsy Reed

Rédacteur, Guardian US

Commentaires

Les rats mangent "notre" marijuana

La guerre des trafiquants de stupéfiants lucratifs fait des morts jusque chez les rats ?

« Les rats mangent notre marijuana. Ils sont tous défoncés »,
a déclaré Anne Kirkpatrick, surintendante du service de police de la ville,
lors d'une réunion du comité du conseil lundi.

Les jeunes rats, adolescents et adultes sont plus intéressés par le cannabis non mortel
qu'aux autres drogues à dose et surdoses mortelles dans la salle des preuves.

"Les experts de l'Université de Buenos Aires ont expliqué que les souris ne confondraient pas le médicament avec de la nourriture et que si un grand groupe de souris l'avait mangé, de nombreux cadavres auraient été trouvés dans l'entrepôt", a déclaré un porte-parole du juge à l'audience. le temps.

Pourquoi la consommation de cannabis n'a pas rendu les souris violentes,
comme le sont supposément devenu des chèvres et des vaches
avec les feuilles de plantes en stade végé à moins de .03 % de THC ?

Il n'y a pas de différence entre le cannabis médicament ou récréatif à part la/sa légalisation !
Même produits des mêmes producteurs autorisés*.

Il aurait fallu que les/des souris s'injectent une Dose Léthale de THC pur à 100 %
pour que des cadavres aient été trouvés dans l'entrepôt !

Pourquoi le cannabis récréatif légal (ou non) moins contraignant
enlève des clients au médical légal, non remboursé ?

Le cannabis à des fins médicales: jusqu'à 77% plus cher qu'au monopole et sur le marché illicite organisé !
Monopole qui permet sans prescription$ jusqu'à 30 grammes par jour par succursale.

Le cannabis vendu sur ordonnance à des fins médicales coûte de 20 à 40 % de
plus que des produits comparables vendus par le monopole à des fins récréatives.
Et pourtant, l'industrie du cannabis reconnaît que ce sont dans certains cas
exactement les mêmes produits, même s'ils sont commercialisés sous un autre nom.

Rappelons que les producteurs autorisés du Canada affirment que :
Le cannabis cultivé en extérieur leur coute 0.25 $ le gramme tout inclus
avec possibilité de plus d'une récolte par année.

Celui cultivé en intérieur leur coute 2.50 $ le gramme tout inclus
avec possibilité de jusqu'à 6 récoltes annuelles.

Cannabizness et Effet Placébo !

Le monopole vend du cannabis qui ne prend que 8 semaines de floraison à plus de 15 $ le gramme
pour faire croire aux influençables que c'est le prix qui fait que le cannabis est meilleur.
Ce qui est faux, n'a aucun rapport !

« Est-ce le cannabis qui rend violent, ou le fait d’avoir déjà un comportement violent
qui augmente les probabilités de consommer du cannabis ? »

Malheureusement les sondages peu fiables, sur des humains,
concernant la violence supposément causé par le cannabis sont biaisés !

Des sondages seulement et non des recherches rigoureuses double aveugle sur des humains.

On ne fait pas d'études sur les humains parce qu'elles ne produiraient pas les résultats
dont les gouvernements et les policiers ont besoin pour maintenir l'interdiction !

https://www.lapresse.ca/actualites/sante/2020-09-07/cannabis-et-violence...

SANTÉ
Cannabis et violence seraient liés, selon des chercheurs montréalais

PHOTO KYLE GRILLOT, ARCHIVES BLOOMBERG

Les adolescents et les jeunes adultes qui consomment régulièrement du cannabis ont deux fois plus de risques d’être impliqués dans des actes de violence physique, avance une méta-analyse du Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, publiée dans l’American Journal of Psychiatry.

Les adolescents et les jeunes adultes qui consomment régulièrement du cannabis ont deux fois plus de risques d’être impliqués dans des actes de violence physique, avance une méta-analyse du Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, publiée dans l’American Journal of Psychiatry.

Publié le 7 sept. 2020Partager
Tristan Péloquin
TRISTAN PÉLOQUIN
La Presse

Pour arriver à ce constat, les auteurs ont épluché plus de 11 000 études sur le cannabis. Ils en ont conservé 30, basées sur des rencontres et entrevues avec 296 000 adolescents et jeunes adultes.

Chez les grands consommateurs réguliers de cannabis, le risque d’être mêlé à un événement violent et jusqu’à 2,8 fois plus élevé, suggère la méta-analyse.

Les chercheurs montréalais reconnaissent que l’effet est « au mieux modeste ». « Ça demeure significatif, même si ce n’est pas énorme », estime toutefois le chercheur Alexandre Dumais, du Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal.

Il y a une croyance populaire qui veut que le cannabis rend moins violent. On était dans la même impression, mais on s’est rendu compte que c’est une erreur.

Alexandre Dumais, du Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal

« On voit qu’il se passe quelque chose. Il devrait y avoir une sensibilité chez les jeunes face à cette problématique. Au contraire, on est face à un mouvement de banalisation de la consommation de cannabis », dit M. Dumais.

Important bémol : les chercheurs notent eux-mêmes que leur étude comporte plusieurs limitations. Certains facteurs, comme la consommation d’alcool ou de stimulants, sont difficiles à exclure de l’analyse.

« Cette limite est extrêmement importante », commente Jean-Sébastien Fallu, professeur à l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal et un observateur généralement sceptique face aux études qui diabolisent la consommation de marijuana.

« Plusieurs études ne précisent pas la quantité de cannabis consommée. C’est problématique pour plusieurs raisons, notamment parce que plus la consommation de cannabis est lourde, plus elle se confond avec la consommation lourde d’alcool et d’autres drogues. »

Or, l’alcool augmente aussi de deux à trois fois les risques de commettre de la violence physique, reconnaît M. Dumais.

L’œuf ou la poule ?
L’étude soulève aussi un débat classique : est-ce le cannabis qui rend violent, ou le fait d’avoir déjà un comportement violent qui augmente les probabilités de consommer du cannabis ?

« Il y a des études qui tendent à montrer que la consommation vient avant », affirme M. Dumais.

L’étude suggère que la consommation de marijuana pourrait affecter la capacité à maîtriser les impulsions agressives, « induire des sentiments paranoïaques, de l’anxiété et de la panique ». « L’abstinence et le sevrage pourraient contribuer à l’irritabilité et mener à des risques d’explosion d’émotions », écrivent les auteurs.

Jean-Sébastien Fallu croit qu’il est « effectivement possible que la consommation de cannabis puisse favoriser le passage à l’acte d’une minorité d’individus, sans que cela ne se généralise à la très grande majorité des consommateurs », dit-il.

------------------------------------

Selon une enquête de Statistique Canada sur les victimes d'actes criminels datant de 1993 et publiée dans Jusistat, 27 p. 100 des Canadiens ont peur de se promener dans leur quartier la nuit, mais ce n'est pas à cause de ceux qui fument ou qui vendent de la marijuana.

Il faut donc penser aux millions, sinon aux milliards de dollars qui, au lieu de servir à combattre les crimes graves contre les personnes, servent à pourchasser des gens dont nous avons fait des criminels à cause du cannabis, mais qui autrement sont des citoyens productifs et respectueux des lois.

La marijuana est l'une des substances les plus inoffensives sur notre planète.
Le seul préjudice que cette substance peut causer a été constaté
chez "les utilisateurs chroniques", et non "les utilisateurs occasionnels".

M. Alan Young, professeur agrégé, Osgoode Hall Law School: Je travaille sur la question de la légalisation de la marijuana depuis une dizaine d'années. J'ai représenté une centaine de personnes qui ont eu des démêlés avec la justice, et j'ai joué un rôle capital dans le mouvement pour la légalisation de la marijuana pour des fins médicinales.
https://www.blocpot.qc.ca/fr/forum/5683

Des moutons dévorent près de 300 kg de cannabis et se mettent à sauter « plus haut que les chèvres »
BÊUHHHH•
Cet évènement inattendu a entièrement détruit la récolte du producteur voisin,
déjà mis en difficulté par la canicule et la tempête

https://www.20minutes.fr/insolite/4055247-20230928-moutons-devorent-pres...

Une récolte détruite
Cet évènement, qui peut prêter à sourire, représente toutefois une catastrophe industrielle pour le propriétaire de la serre. « Nous avons eu la canicule. Puis les inondations. Nous avons presque tout perdu.
Et maintenant ça… Le troupeau a mangé tout ce qui restait », a-t-il déclaré au média local.

After Party : Aucune information quant à l’état de santé des ovins n’a été relayée.
Ni sur le nombre de psychoses et/ou de maladies mentales.
Ni si la durée de l'effet a été de "jusqu'à 24 heures" !;O)

Dans la psychose induite par le cannabis, les symptômes sont le plus souvent aigus plutôt que chroniques ;
ils apparaissent soudainement et sont temporaires.

Il existe des débats et des preuves contradictoires quant à savoir si la consommation de marijuana peut contribuer ou provoquer le développement de maladies mentales chroniques accompagnées de symptômes psychotiques, comme la schizophrénie ou le trouble bipolaire.

Pas de preuve contradictoire pour les résultats de recherches rigoureuses double aveugle sur des humains !

Combien parmi les millions d'utilisateurs de médical légal depuis 23 ans,
qui ne font pas parti des recherches sur des humains, ont développé des maladies mentales chroniques
accompagnées de symptômes psychotiques, comme la schizophrénie ou le trouble bipolaire ?
Pour et par le cannabis seul sans mélange, ni antécédents familiaux, environnementaux ?
Avec des fleurs jusqu'à 29 % de THC et des concentrés (purifiés) jusqu'à 100 % de THC.
Avec une prescription et consommation moyenne de 2 grammes par jour au Canada.

Pages

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.