Un organisme souhaite devenir l’Éduc’alcool du pot. Zappiste: il faudra aussi avoir un organisme Opération Zieux Rouges...

http://www.journaldequebec.com/2017/11/30/un-organisme-souhaite-devenir-...

Un organisme souhaite devenir l’Éduc’alcool du pot. Zappiste: il faudra aussi avoir un organisme Opération Zieux Rouges...

Zappiste: Tel que mentionné Éduc’alcool compte parmi ses membres plusieurs associations de producteurs de boissons alcoolisées
et il recommande un ou deux verres de bière par jour selon le sexe. C’est ça la modération.

Patrick Bellerose
Jeudi, 30 novembre 2017 00:00 MISE à JOUR Jeudi, 30 novembre 2017 00:00
Coup d'oeil sur cet article
Les campagnes de sensibilisation sur les méfaits de la marijuana doivent être retirées des mains du gouvernement et confiées à un organisme indépendant.

À LIRE AUSSI : Impossible de contrôler le pot au volant au Nunavik
C’est ce qu’affirme l’Association des intervenants en dépendance du Québec (AIDQ), qui souhaite devenir l’équivalent d’Éduc’alcool en matière de consommation responsable du cannabis.

« Éduc’alcool a fait un travail extraordinaire. Il n’y a pas un Québécois aujourd’hui qui ne sait pas que la modération a bien meilleur goût », souligne la directrice générale de l’AIDQ, Lisa Massicotte.

Campagne de longue haleine

À huit mois de l’entrée en vigueur de la légalisation de la marijuana, l’organisme viendra demander en commission parlementaire jeudi que Québec lui confie le mandat d’informer et d’éduquer les Québécois sur les dangers liés à la consommation du cannabis.

« Plus on va investir en information, éducation, prévention et réduction des méfaits, plus on a des chances de limiter les impacts négatifs qui accompagnent la légalisation », souligne Lisa Massicotte.

Organisme indépendant

Pour Lisa Massicotte, la future Société québécoise du cannabis ne peut être responsable des campagnes de sensibilisation, comme c’est le cas avec Loto-Québec pour le jeu compulsif.

« C’est un peu étrange que la même organisation encadre, légalise et fasse la promotion du jeu », fait-elle valoir.

Alors qu’Éduc’alcool compte parmi ses membres plusieurs associations de producteurs de boissons alcoolisées, l’AIDQ affirme qu’il est trop tôt pour savoir qui composerait ce nouvel organisme.

Le projet de loi pour encadrer la légalisation de la marijuana, déposé par la ministre Lucie Charlebois à la mi-novembre, prévoit déjà que 25 millions $ seront versés sur cinq ans afin de créer un fonds de prévention et de recherche en matière de cannabis.

Trop tôt

Le PDG d’Hydropothecary, un des deux seuls fournisseurs licenciés au Québec, ne ferme pas la porte à un éventuel financement des publicités par les producteurs, comme c’est le cas pour Éduc'alcool. Mais le gouvernement doit assumer les frais pour les premières années, le temps qu’ils deviennent rentables, estime Sébastien St-Louis.

« Il y a zéro profit pour l’instant dans l’industrie », dit-il.

Commentaires

Add new comment

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.