France: hausse du coût du tabac: rapportera 1 milliard en taxes - Coût du tabagisme plus de 40 milliards

Forums: 

Zappiste: le cannabis seul qui ne tue pas, n'a pas de dose mortelle, sa culture, la vente du produit séché, de boutures et des graines rapporteraient beaucoup plus que la hausse de taxe sur le tabac, drogue licite mortelle, en plus de diminuer le gaspillage de milliards d'euros annuellement pour la répression, les poursuites de consommateurs. Des argents qui devraient pourraient servir à l'information non biaisée et l'aide immédiate et gratuite aux toxicomanes qui en font la demande.

----------------
http://mcetv.fr/news-express/0110-tabac-alcool-une-consommation-alarmant...

News Express, Société

Tabac, alcool : une consommation alarmante chez les jeunes
Le 1 octobre 2012 à 14:20

Selon une vaste enquête, la consommation du premier alcool se fait de plus en plus jeune alors que la consommation de tabac ne cesse d’augmenter

L’alcool est la « drogue » la plus répandue chez les adolescents et même pré-adolescents qui affirment avoir connu l’ivresse à tout juste 15 ans. Quant au tabac, ils sont un sur cinq à être des fumeurs quotidiens, malgré presque 60 000 décès attribuables au tabac et une hausse des prix régulières depuis 1990.

Une inquiétante précocité des jeunes face aux drogues licites

Le tabac touche moins jeune, mais à long terme. Il comporte un coût qui va très vite devenir un luxe. Et pourtant, de nombreux adolescents sont prêts à se sacrifier pour se l’offrir. Depuis aujourd’hui, la hausse moyenne de quarante centimes par paquet ne paraît pas être suffisante pour stopper les consommateurs en devenir. Excepté que la première cigarette se déclare plus tard, les campagnes (choquantes) anti–tabac et la hausse des prix paraissent avoir un impact zéro auprès des jeunes.

La première goutte d’alcool par l’immense majorité est prise à même pas onze ans ! Tabagisme et ivresse, qui font souvent bon ménage, arrivent en force dans les classes de collège.

S. C.
-----------------------------

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/09/29/97002-20120929FILWWW00330-ta...

Tabac: ce que représente la hausse
AFP Mis à jour le 29/09/2012 à 11:28 | publié le 29/09/2012 à 10:56

Voici quelques chiffres sur le marché du tabac, et les conséquences des hausses des prix, effectives lundi, sur le portefeuille des fumeurs:

- L'augmentation de 40 centimes par paquet de cigarette représentera un surcoût de 146 euros par an pour celui qui fume un paquet par jour. Le budget annuel d'un tel fumeur s'élèvera à 2200, voire 2400 euros, suivant la marque. Soit l'équivalent de plus de 2 mois de Smic ou d'un séjour de deux semaines à l'Ile Maurice (voyage et pension complète).

- 54,11 milliards de cigarettes ont été vendues en 2011 par les buralistes français, soit 2,7 milliards de paquets (-1,3%), selon Altadis Distribution France. Le marché des cigarettes a représenté 15,41 milliards d'euros (+4,5%) en 2011. L'ensemble des produits du tabac (cigarettes, tabac à rouler, cigares) représente 17,48 milliards d'euros.

- Les cigarettes sont taxées à 80% par l'Etat (TVA comprise). 8,5% du prix revient au buraliste et 11,5% au fabriquant (qui finance aussi la distribution). En 2011, l'Etat a empoché 12,4 milliards d'euros pour les seules cigarettes (13,8 milliards pour l'ensemble des produits du tabac).

- À volumes constants, la hausse du prix du tabac de lundi peut se traduire par une augmentation des recettes de l'Etat de près d'un milliard d'euros (plus de 800 millions d'euros pour les cigarettes et 150 millions pour le tabac à rouler).

---------------------------

Zappiste: l'Etat a empoché 12,4 milliards d'euros pour les seules cigarettes (13,8 milliards pour l'ensemble des produits du tabac).

Mais...

http://www.cnct.fr/combien-ca-coute-77/le-tabac-coute-cher-a-la-societe-...

Contrairement aux idées reçues, le tabac ne “rapporte” pas, mais induit un coût extrêmement élevé à la collectivité.

Même en prenant en compte les taxes (13 milliards d’euros), qui en tant que telles ne créent aucune richesse mais sont de simples prélèvements, ainsi que les retraites non versées du fait de la mort prématurée des personnes (environ 5 milliards), le coût net du tabagisme en 2005 représentait en France plus de 47 milliards d’euros, soit 3 % du PIB [1]. En somme, le tabac coûte l’équivalent d’un impôt indirect annuel de 772 euros à chaque concitoyen.

Le tabac nuit à l’économie et constitue un frein majeur au développement de nombreux pays

Des économistes ont démontré que la réduction du tabagisme est bénéfique au développement économique et à l’emploi.

La consommation de tabac détourne en effet une partie des revenus des particuliers des autres secteurs de consommation.

Quant à l’industrie du tabac, elle ne créé plus d’emploi. Au cours des dernières décennies, elle a réduit de plus des deux tiers le personnel qu’elle employait en rationalisant sa production.

De plus, la matière première des cigarettes est essentiellement importée. Aussi l’argent dépensé pour un paquet de cigarettes profite d’abord et surtout aux fabricants de tabac, les taxes perçues par l’Etat ne couvrant pas les coûts induits.

Quand un fumeur arrête de fumer, les revenus qu’il économise sur le tabac se reportent sur les autres postes de dépenses (loisirs, sport, nourriture…). Or ces autres postes sont dans leur grande majorité beaucoup plus créateurs d’emplois que le tabac.

Ce constat est encore plus marqué dans les pays à faibles revenus et à revenus intermédiaires où les revenus des ménages peuvent être consacrés aux biens de consommation fondamentaux comme l’alimentation ou l’éducation des enfants.

Les coûts du tabac sont multiples et de nature diverse

Il existe différentes manières d’évaluer les coûts du tabagisme et il est impossible de tous les chiffrer. Le tabagisme est en effet avant tout un problème de santé publique qui engendre une diminution de la qualité de vie, de la détresse et de la souffrance.

La complexité de l’évaluation résulte également de la multiplicité des domaines concernés, de l’absence de données dans certains domaines, ou du moins de données partielles.

Commentaires

Add new comment

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.