SANTÉ CANADA: La majorité des Canadiens consomment une drogue psychotrope quelconque, la plupart d'entre eux n'en abusent pas

Forums: 

Zappiste:
Les médias devraient consulter les publications de SANTÉ CANADA !

http://www.hc-sc.gc.ca/hc-ps/pubs/adp-apd/straight_facts-faits_mefaits/d...

Pourquoi les gens consomment-ils des drogues?

Raisons les plus communes

La majorité des Canadiens et des Canadiennes d'âge adulte consomment une drogue psychotrope quelconque. Mais la plupart d'entre eux n'en abusent pas et n'en souffrent aucunement.

Les gens consomment différentes drogues pour des raisons diverses. Les raisons varient en fonction des drogues, des gens, ou des occasions. Certains évoquent plus d'une raison. Ils commencent peut-être à consommer une drogue pour une raison (par curiosité, pour le plaisir, sous les pressions sociales ou à des fins médicales), puis ils continuent d'en consommer pour une toute autre raison (pour se détendre, ou pour s'évader du quotidien).

Médias et communications

La publicité à la radio, à la télévision, dans les revues et dans les journaux, les commanditaires de produits à l'occasion d'événements sportifs et artistiques, l'exemple d'un acteur ou d'une actrice consommant une drogue dans une pièce de théâtre ou dans un film et l'information accessible sur Internet, tout ceci influe sur l'idée que les gens se font des drogues en général et de leur consommation illicite. La publicité incite souvent les gens à boire ou à fumer pour réussir socialement ou professionnellement; la publicité dans les revues et à la télévision encourage souvent la consommation de drogues vendues sans ordonnance pour traiter des maux bénins; les personnages de pièces de théâtre et de films deviennent souvent des modèles de consommation saine, ou nuisible, de drogues; sur Internet, différentes sources présentent de l'information sur les drogues, allant des messages de sensibilisation du gouvernement aux guides de confection et de consommation de drogues illicites.

Renforcement positif

Bien des gens consomment des drogues sans jamais chercher à s'arrêter parce qu'ils en retirent du plaisir ou des effets qui causent un renforcement positif, comme une sensation d'euphorie, de détente, de libération, ou un soulagement de la douleur, de la tension ou d'émotions désagréables; les drogues leur permettent parfois de mieux s'endormir ou de se tenir éveillés, ou encore d'atteindre une meilleure performance athlétique.

Curiosité

On parle beaucoup des drogues de nos jours, et bien de l'encre coule à leur sujet. Elles animent souvent les conversations. Certaines personnes ont des amis ou des connaissances qui en consomment illicitement. Comme la curiosité est inhérente à la nature humaine, on ne s'étonne pas que bien des gens, surtout des jeunes, désirent les essayer, légalement ou non.

Fêtes

Il est souvent traditionnel de consommer de l'alcool à l'occasion de réunions familiales, culturelles ou religieuses.

Pressions émotionnelles

Certaines personnes consomment des drogues psychotropes pour soulager des troubles émotionnels, comme la colère, la tension, l'anxiété, l'ennui ou la dépression. D'autres le font pour prendre confiance en eux. Certains jeunes le font pour se rebeller ou pour montrer qu'ils sont différents du reste de la société.

D'autres encore consomment des drogues pour oublier ou supporter un coup très dur qu'ils viennent de subir, ou pour alléger les symptômes d'une grave maladie mentale.

Pressions sociales

La société exerce souvent de fortes pressions incitant les gens à consommer des drogues, autant sur les jeunes que sur les adultes (p. ex., la consommation d'alcool au cours de réunions sociales). Les enfants se laissent beaucoup influencer par la consommation d'alcool, de tabac ou d'autres drogues de leurs parents, puis se servent de cette excuse pour justifier leur propre consommation.

Dans certains groupes, l'usage des drogues est « à la page ». En ce faisant, on atteste qu'on fait partie du groupe, et c'est parfois la clé de l'acceptation sociale. Ceux qui ne prennent pas de drogues peuvent être tenus à l'écart. Il est difficile d'être différent, aussi les gens suivent le mouvement. Ils doivent parfois consommer du cannabis ou boire excessivement pour faire partie d'un groupe qui pratique ces choses sans penser aux répercussions négatives qu'elles entraînent.

Les personnes qui pratiquent des sports de compétition ou font du culturisme subissent des pressions différentes. Elles consommeront souvent des substances, surtout des stéroïdes anabolisants, parce qu'elles les considèrent comme inhérentes à un régime d'entraînement efficace.

Usage préalable de drogues

Aux yeux de bien des gens, le fait d'essayer de la drogue pour la première fois, surtout de façon illicite, est un pas important à franchir. Une seule expérience ne signifie pas que la personne consommera régulièrement de la drogue, mais cette expérience peut supprimer certains des obstacles qui l'empêchent de commencer.

Dans certains cas, les gens qui consomment régulièrement une drogue donnée sont plus susceptibles d'utiliser d'autres drogues. Ainsi, les fumeurs sont plus susceptibles de boire de grandes quantités d'alcool que les non-fumeurs. De même, on a observé un lien étroit entre la consommation de tabac et celle de cannabis. 1

Les personnes qui commencent à fumer ou à boire au début de l'adolescence sont aussi plus susceptibles de manifester des problèmes de drogue avec le temps que ceux qui commencent plus tard dans l'adolescence. 2

Dépendance

Certaines personnes prennent de la drogue parce qu'elles ont acquis une dépendance physique ou psychologique à cette drogue. Qu'elle soit illicite ou non, que ses effets soient puissants ou faibles, ou que la personne en ait d'abord pris pour des raisons médicales ou autres, cela n'y change rien : quand les gens continuent à prendre une certaine drogue parce qu'ils ne se sentent pas bien s'ils cessent complètement ou qu'ils réduisent leur consommation de façon draconienne, on peut dire qu'ils ont acquis une dépendance.

--------------------------------------------------------------------------------

1 Santé Canada, Enquête canadienne de 1994 sur l'alcool et les autres drogues -Analyse des résultats, ministère des Travaux publics et des Services gouvernementaux du Canada, 1997, cat. n o H39-338/1-1994F.

2 Bridget F.Grant, « Age at Smoking Onset and Its Association with Alcohol Consumption and DSMIV Alcohol Abuse and Dependence: Results from the National Longitudinal Alcohol Epidemiology Survey », 1998, Journal of Substance Abuse, vol. 10, p. 59-73.

Commentaires

Add new comment

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.