Plan économique 2014 – 6.1. Économie et développement régional – L'industrie forestière

Contexte

La ressource ligneuse, c’est-à-dire les arbres de la forêt commercialement exploitable, sont de plus en plus petits et éloignés des lieux de transformation et d’exportation. La valeur marchande de nos forêts demeure relativement basse, compte tenu de la compétition internationale due à l’exploitation des forêts tropicales encore vierges. De plus, les firmes qui pillent la forêt boréale québécoise procèdent à un type de reboisement ne misant que sur certaines essences « productives ». Elles en compromettent la biodiversité et laissent un triste héritage aux générations futures.

Objectifs

  • Le gouvernement doit faciliter l’établissement d’un partenariat entre les agriculteurs de chanvre et les firmes papetières, afin que ces dernières achètent et transforment les nouvelles sources de fibre situées plus près des centres de production. Cela permettra de relancer l’économie régionale et de remettre à profit des terres inutilisées, ou utilisées seulement à des fins d’épandage de lisier.
  • Le ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP) mettra en place, de concert avec les Premières nations, les résidents des régions éloignées et les départements universitaires compétents, un plan de reboisement visant un retour graduel à la biodiversité originale de la forêt boréale.