Cannabis et santé mentale: diminution du taux de suicide dans les États ou la marijuana médicale est permise

Plusieurs histoires sur le succès de la marijuana médicale ont été publiées sur les fils de nouvelles durant la dernière année et maintenant un résumé d'une étude du Cato Institute donne aux partisans de la marijuana médicale une raison de plus de se battre pour la cause.

Dans le rapport intitulé High on Life? Medical Marijuana Laws and Suicide, les auteurs ont analysé des études médicales et des recherches épidémiologiques afin de démontrer que dans les États où la marijuana médicale est maintenant permise, le taux de suicide aurait diminué parmi les hommes de 20 à 39 ans.

Cette baisse de 5% du taux de suicide dans les États où la marijuana médicale est légalisée est attribuée, selon l'étude, à la diminution de la consommation d'alcool ainsi que par l'usage de la marijuana pour traiter la dépression; une idée soutenue par des chercheurs aux Pays-Bas.

À l'été 2013, la revue européenne Neuropsychopharmacology a publié une étude où des utilisateurs occasionnels de marijuana ont été divisés en deux groupes par les chercheurs avec la moitié des sujets prenant un placebo et l'autre de la marijuana. La recherche a démontré, lorsqu'on demandait aux sujets de l'étude d'imiter les expressions faciales heureuses et malheureuses, que les consommateurs de cannabis étaient en mesure d'imiter précisément les expressions heureuses, tout en étant incapable de reproduire correctement les expressions faciales malheureuses. Les résultats ont été confirmés par IRM qui a montré que le composé de THC "réduit le spectre négatif dans le traitement des émotions."

La question que plusieurs pourraient soulever est à savoir si le lien causal entre le cannabis et la suppression des pensées dépressives est fort ou tout simplement anecdotique. En 2007, une étude de l'Université McGill à Montréal a utilisé des rats de laboratoire pour tester les effets du cannabis sur les niveaux de sérotonine dans le cerveau. La dépression est causée par le manque de sérotonine dans le cerveau, et les chercheurs de l'Université McGill ont trouvé qu'une petite dose d'un cannabinoïde synthétique avait un fort effet anti-dépresseur. Cependant, une augmentation trop haute de la dose aurait inversé le résultat. Probablement que les résultats auraient été plus concluants s'ils avaient utilisé un produit naturel plutôt que synthétique.

Alors que des études antérieures ont montré que la marijuana peut causer la dépression, l'anxiété et la paranoïa, le rapport du Cato Institute apporte un nouvel éclairage sur l'utilisation de la marijuana comme traitement efficace contre la dépression. Les statistiques les plus récentes démontrent qu'un Américains sur 10 fait face à la dépression et que 80% des malades n'ont aucun plan de traitement pour faire face à leur maladie. Les États américains avec les plus haut taux de dépression sont ceux du Sud qui incidemment n'ont pas encore légalisé la marijuana médicale.

La nouvelle étude ne peut pas prouver hors de tout doute que le cannabis est un excellent traitement pour la dépression, mais pour les activistes du cannabis, les résultats présentent un autre argument pour lequel le cannabis devrait être autorisé en tant que traitement médical.


Les opinions exprimées dans les billets de blogue de ce site n'engagent que leur auteur et ne constituent pas une prise de position officielle du Bloc Pot.