11 stéréotypes de poteux qui ne s'appliquent plus de nos jours

Nous avons parcouru un long chemin depuis le film Reefer Madness et son message de "la marihuana, c'est le mal!" Le stoner moderne est prêt à conquérir le monde.

Autrefois stéréotypés pour notre manque d'éthique au travail, notre paresse et la dévastation de la nourriture, le stoner a évolué dans un élément de haut-niveau de la société. Avec marijuana légalisée et dépénalisée à gauche et à droite, de plus en plus de gens ont commencé à profiter de la douce Marie-Jeanne. De l'enseignant d'école élémentaire en Californie au courtier de Wall Street à New York, l'homme (et la femme!) partout dans le monde ont fait de la marijuana une partie de la vie quotidienne. Et vous savez quoi? Nous semblons très bien le faire.

Nous ne sommes plus paresseux, ennuyeux et affamés. Eh bien, peut-être un peu affamé quand même! Comme les fines herbes deviennent de plus en plus socialement acceptable, les stoners de hauts rangs d'affaires peuvent travailler avec les professeurs de biologie pour pousser le mouvement vers l'avant et de faire des progrès. Ce n'est pas seulement à eux cependant, que la tâche revienne. Même les gens biens normaux comme vous et moi peuvent faire une différence en apprenant aux gens ce que de la bonne marijuana peut vraiment faire.

Avec nos ressources à l'échelle nationale, le stoner moderne pousse vers l'avant. Nous nous défendons contre ceux qui autrefois nous ont arrêtés. Un jour (bientôt) nous serons tous ensemble à fumer le calumet de paix en vertu d'une loi fédérale juridique, et le monde verra ce dont les stoners sont vraiment capables.

Nous allons donc démystifier certains mythes :

  1. Les stoners ont un vocabulaire d'environ cinq mots
  2. Aujourd'hui, le stoner moderne n'a pas que cinq mots de vocabulaire. Nous allons maintenant bien au-delà de "maann", "heille!", "tsé genre" ...

  3. Nous sommes paresseux
  4. Avec la dépénalisation des fines herbes dans plusieurs États Américains, les hommes et les femmes de la société d'aujourd'hui qui travaillent dur peuvent profiter d'une belle grosse bouffée de bong. Et ils le font. Souvent.

  5. Nous portons seulement des t-shirts "tie-dye"
  6. Aujourd'hui, les stoners ne portent pas simplement chemises de hippy. Les stoners dans le monde des affaires ont un style qui est sophistiqué et professionnel.

  7. 420 c'est l'heure de la fumette!
  8. Ok, nous aimons encore partager un joint entre amis à 4:20, mais nous savons maintenant que le nombre est un symbole d'un mouvement qui, un jour, légalisera la marijuana à l'échelle nationale.

  9. Nous sommes amis avec des trafiquants de drogue douteux
  10. Nous avons été perçus comme des fous en quête de notre prochain fix et nous aurions notre "ami" du type squelettique avec un oeil bizarre dans une ruelle sombre quelque part. De nos jours, les dispensaires et des magasins de fumée de loisirs vendent des fines herbes dans la pleine lumière du jour.

  11. Nous avons une mauvaise posture
  12. Ce gamin assis à l'arrière de la classe qui ressemble il a été coupé en deux parce qu'il est affalé si bas est maintenant assis à la tête de la classe, bien raide, et donne toute son attention.

  13. Nous sommes dans un état constant de confusion
  14. Les stoners ne sont pas simplement là à se promener dans les rues à regarder le ciel en se questionnant du sens de la vie. Bien sûr, il ya une pensée bizarre ici et là, mais maintenant nous savons que nous rend juste plus intelligents.

  15. Nous ne foutons rien de rien, "Because I Got High"
  16. Le célèbre Afroman a une fois déclaré: «Je devais aller en classe ... mais au lieu, j'ai fumé." Eh bien ce ne est pas plus le cas parce stoners ont une éthique de travail plus grande que les non-Stoners. Vous avez foutu votre vie en l'air? Ça, c'est votre faute. Pas celle des fines herbes.

  17. Nous sommes paranoïaques
  18. Avec la marijuana qui se légalise un état après l'autre aux État-Unis, les stoners n'ont plus à regarder partout par peur de se faire prendre par les flics. Ils pouvent fumer sans danger (dans de nombreux endroits) et ne pas se inquiéter à savoir qu'ils pourraient très mal finir la soirée.

  19. Nous sommes un esclave à la fringale
  20. Ok, alors peut-être que certaines grignotines sont irrésistibles, mais il ya des choses pires dans le monde. Et ce taco était vraiment délicieux!

  21. Nous éclatons de rire pour rien

Vous riez encore du numéro six, n'est-ce pas ?

Voyez l'article original en anglais sur le site de High Times en hyperlien au bas de ce billet.


Les opinions exprimées dans les billets de blogue de ce site n'engagent que leur auteur et ne constituent pas une prise de position officielle du Bloc Pot.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.